L’Etat guinéen va bénéficier d’un appui financier de 27 millions de dollars soit environ 15,525 milliards de francs CFA auprès du Fonds koweïtien pour le développement économique arabe pour le financement de projets infrastructurels. Un accord de prêt portant sur le financement a été signé par les deux parties, cette semaine à Conakry.

Un accord de prêt a été signé ce jeudi 21 juin à Conakry par la Guinéeet le Fonds koweïtien pour le développement économique arabe (KFD), en présence du directeur général adjoint, mais aussi du directeur régional du Fonds koweïtien en Afrique de l’Ouest et des ministres guinéens du Budget, des Travaux publics.

Portant sur un montant de 27 millions de dollars soit environ 15,5 milliards de francs CFA, cet accord devrait permettre à la Guinée de financer les travaux de construction d’ouvrages publics, notamment les échangeurs aux carrefours Hamdallaye et Bambeto. Les fonds devraient également servir à prendre en charge la réhabilitation du projet des quatre échangeurs de la route Le prince (Coza et Enco 5).

Pour les autorités guinéennes, il s’agit là d’un pas important compte tenu de l’importance que revêtent ces ouvrages infrastructurels qui devront permettre de faciliter et de fluidifier la circulation, tout en aidant à éviter les collisions aux différents carrefours.

D’après le ministre guinéen de l’Économie et des finances, Mamadi Camara, l’amélioration de la circulation, surtout dans la capitale, répond à trois défis majeurs : «Le premier et le plus important est de diminuer le nombre d’accidents corporels sur les routes pouvant entraîner la mort des usagers de la route ; le second est d’accroître la productivité des travailleurs en diminuant leur temps de trajet ; et enfin, contribuer à rendre la capitale attractive».

Notons que même si ce financement koweïtien entre en compte pour les projets des échangeurs de Coza et Enco 5, ceux-ci nécessiteraient un financement additionnel de 50 millions de dollars, soit pas moins de 28,7 milliards de francs CFA.

Afrique.latribune.fr

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE