Après le chapitre des relations entre frères et sœurs qui a quand même demandé quatre articles, nous changeons complètement de registre. Nous entrons à présent dans le monde du maternage, pour parler plus particulièrement de l’allaitement maternel. L’an dernier le site Al-Kanz, entre autres, partageait un article d’Umm Zayd très bien écrit, en deux parties, sur les bienfaits de l’allaitement maternel (Partie 1 – Partie 2).  Aujourd’hui nous souhaitons partager avec vous la clé d’un allaitement réussi. Il ne synthétisera pas les difficultés rencontrées lors de l’allaitement, mais plutôt les choses à savoir pour les éviter. Nos sources sont tirées de la Leche League avant tout, mais également de l’expérience de mères de notre entourage.

Les 10 concepts de la « philosophie » de la Leche League

La Leche League (LLL ou la ligue du lait), est une association internationale pour le soutien à l’allaitement maternel, qui a vu le jour en 1956 dans la banlieue de Chicago. Sept mères en sont à l’origine, et il s’agit à présent de l’autorité internationale en matière d’allaitement. Présente dans plus de 70 pays, avec plus de 7000 animatrices accréditées, la LLL garde son objectif premier : le partage d’informations et l’accompagnement des mères allaitantes.

Nous énumérerons avec nos mots tout d’abord dix concepts fondamentaux de la philosophie de la Leche League (Source : Préface de L’Art de l’allaitement maternel, livre de LLL).

A la maternité, ce que vous devez savoir…

Beaucoup de gestes se font de manière simple et naturelle depuis des générations et des générations, surtout lorsqu’il s’agit de materner un petit être. Malheureusement, nous sommes dans une société qui nie tellement de valeurs fondamentales, que de nombreuses mères se sentent désemparées, et ne parviennent plus à répéter les gestes, pourtant si simples, afin d’allaiter leur nouveau né. Lorsque l’on écoute certains discours de pédopsychiatres ou de pédiatres l’on en oublierait presque que le lait artificiel principalement à base de lait de vache ou de soja, et accumulant de nombreuses lacunes soit dit en passant, n’a que 150 ans environ.

1. Allaiter son enfant est la meilleure façon, la plus naturelle et la plus efficace de le comprendre et de satisfaire ses besoins.
2. Réunir l’enfant et sa mère de suite après l’accouchement (le plus tôt possible en cas de césarienne ou de naissance prématurée) permettra d’établir des liens affectifs satisfaisants et d’établir une sécrétion lactée adéquate.
3. Ses premières années de vie, l’enfant aura un grand besoin de la présence de sa mère, autant que de se nourrir.
4. Le lait maternel est l’aliment par excellence du nourrisson.
5. Le lait maternel est la seule nourriture nécessaire du nourrisson lorsque ce dernier est né à terme et est en bonne santé, et ce jusqu’à ce qu’il manifeste de lui même l’envie de découvrir les aliments solides.
6. Idéalement, l’allaitement devrait être maintenu jusqu’à ce que l’enfant n’en ait plus besoin.
7. Le fait que la mère participe et soit consciente lors de son accouchement (en évitant la surmédicalisation, la péridurale et la césarienne souvent conseillées mais pas toujours nécessaires) favorisera la mise en place de l’allaitement et les liens entre elle et son bébé.
8. Le soutien, l’aide et l’amour du père consolide non seulement le lien entre la mère et son enfant, mais également la mise en place de l’allaitement.
9. Une alimentation variée et équilibrée (aliments autant que possible proches de leur état naturel) permettra de donner des forces et tout ce qu’il faut à l’allaitante
10. L’enfant a besoin d’être guidé avec amour dès sa petite enfance, il a besoin que l’on cerne et que l’on respecte ses capacités ainsi que ses sensibilités propres.

Rares sont les hôpitaux ou les cliniques ayant dans leur maternité une équipe soudée et compétente en matière d’allaitement. Vous venez d’accoucher, et lors de votre première journée ou de votre première nuit dans votre chambre vous allez rencontrer deux sages-femmes, deux auxiliaires de puériculture, un pédiatre et une infirmière avec chacun des conseils différents. Lorsque l’on a opté pour l’instinct maternel et qu’on ne s’est pas armé pour faire face à cette vague d’informations, on a de fortes chances de rater cet allaitement qui nous tenait tant à cœur… Il faut savoir quelles sont les erreurs à éviter, en naviguant sur des sites spécialisés ou bien en achetant un livre récapitulant les piliers de l’allaitement, et lorsque vous avez des bagages, un maître mot : VOUS décidez et vous ne prenez que les conseils qui vous semblent corrects, sans pour autant vous emporter ou essayer de les convaincre. Préservez vous et n’écoutez que votre bébé…

La première chose à faire, si vous êtes en état, c’est de réclamer qu’on vous laisse avec votre nouveau né afin de le mettre au sein, et ce même avant sa première toilette. En effet, le réflexe de succion dure entre 2 et 6 heures après la naissance. Ce qui ne veut pas dire qu’il ne réussira pas à téter au delà, mais plus il tète tôt, plus les gestes seront simples et naturels pour vous deux.

Nourrissez votre bébé à la demande. Adieu montres, horloges, téléphones portables… Votre bébé sait lorsqu’il a faim et vous le fait savoir ! Ne chronométrez pas les tétées, ni l’espace qui en sépare deux. S’il dort alors qu’il n’a pas tété depuis 5 heures c’est qu’il n’a pas faim. S’il réclame toutes les dix minutes c’est qu’il a très faim ! Quoi qu’il arrive et tant qu’il mouille sa couche, vous couvrez largement à vous seule les besoins de votre enfant. De plus, bébé ayant pris des provisions lorsque vous le portiez, il se peut qu’il n’ait pas grand appétit les premières 24 heures.

Les premières montées de lait arrivent entre le deuxième et le quatrième jour en moyenne, et peuvent être douloureuses en plus des contractions qui remettent en place votre utérus, accélérées par l’allaitement. Si vos seins sont si durs que chaque tétée devient douloureuse, malgré les mises au sein de votre bébé.

Une règle d’or lorsque vous êtes à la maternité : gardez bébé près de vous même la nuit, cela évitera toutes complication, certains professionnels jugeant plus utile de donner des compléments en lait artificiel en biberon pour vous laissez vous reposer. Résultat, vos seins peuvent être engorgés, bébé peut refuser de prendre le sein (la tétine c’est plus facile !), et votre allaitement peut se solder par un baby blues et un échec… Votre enfant a besoin d’être près de vous, de vous sentir, n’acceptez cette solution que si vous êtes exténuée, et certaine qu’ils viendront vous chercher dès que votre enfant vous réclamera.

Ne donnez vous même aucun complément à votre bébé, votre lait étant parfait en tout point. Une vraie Rahma. Le premier lait est en effet quasiment de l’eau et désaltérera votre bébé dès qu’il a soif, c’est pourquoi certaines tétées sont d’ailleurs si courtes. Le lait évolue durant la tétée jusqu’à devenir très riche en protéines et en lipides. C’est pourquoi il est important de détacher bébé du sein que lorsqu’il a terminé, et de lui proposer le second ensuite, après un rot par exemple. Alternez bien les tétées pour ne pas donner toujours le même sein en premier. Même en cas de coliques, oubliez tous les remèdes de grands-mères consistant à faire boire à bébé des tisanes… Allah dans sa grande Miséricorde nous a non seulement donné une nourriture parfaite pour nos enfants, mais également un remède à beaucoup de ses maux.

Pour résumer, gardez bébé 24h / 24 avec vous, nourrissez-le à la demande et ne lui donnez aucun complément. Le co-dodo, ou co-sleeping, si vous respectez des règles strictes de sécurité, pourra faciliter l’allaitement et la réponse aux besoins de l’enfant.

Et après, ce qu’on ne vous dira jamais…

« Pic de croissance ? Jamais entendu parler« . Voici ce que vous dirons la majorité des pédiatres et médecins généralistes n’ayant aucune formation sur l’allaitement maternel. Forcément, les laboratoires ayant main mise sur les études de nos médecins ne peuvent les former à encourager les mamans à allaiter ! C’est gratuit pendant environ deux ans, l’enfant est moins malade et n’est pas forcé de se faire vacciner immédiatement à la sortie de la maternité, grâce aux anticorps de sa mère. De plus, il va apprendre à réguler son appétit et ne consommera jamais autant que les industriels l’espèreraient… Bref, un enfant allaité, c’est pas tout bénef’ pour la croissance économique de certains secteurs…

Les pics de croissance existent pourtant bel et bien, même si les courbes de croissance sur le carnet de santé ne laissent apparaître aucun tracé disproportionnel. Ils interviennent aux environs de la troisième semaine, puis de la septième, du troisième mois et enfin du sixième mois. Aux alentours de ses périodes, il se peut que votre poitrine ne soit plus tendue, il se peut même que vous ayez l’impression de ne plus avoir de lait. No panique, c’est normal. Notre corps subhanALLAH est une grande machine extraordinaire. Il vous faudra environ 48 heures pour que la lactation reprenne de plus belle. Comment ? En vous reposant avec bébé, en le laissant téter toutes les cinq minutes s’il le demande, et en continuant de bien vous alimenter et de bien boire. En téter, en s’énervant sur votre sein, en pleurant, bébé va tout simplement envoyer un signal à votre cerveau : « MAYDE MAYDE, y’a plus assez de lait là dedans !« , afin que votre cerveau envoie l’ordre de produire d’avantage. Car en réalité, vous avez autant de lait qu’avant. Bébé a juste besoin de plus tout d’un coup. La loi de l’offre et de la demande va alors faire son travail, et adapter en quelques heures seulement la production adéquate.

Conclusion, écoutez votre corps, ne vous fatiguez pas inutilement, et prenez au sérieux chaque signa qu’il vous envoie. Écoutez et observez également votre bébé. C’est lui l’acteur principal de votre vie pendant quelques semaines. Soyez sûre que vous avez largement de quoi le nourrir, de quoi le rendre heureux. Un manque de lait signifie toujours quelque chose, rarement la fin naturelle de l’allaitement. Car tant que l’enfant tète, lait il y aura ! Et plus longtemps l’enfant tètera, plus les bénéfices de vos efforts et de votre amour s’en ressentiront. Et Allah dit :

« Et les mères qui veulent donner un allaitement complet, allaiteront leurs bébés deux ans complets. Au père de l’enfant de les nourrir et vêtir de manière convenable. Nul ne doit supporter plus que ses moyens. La mère n’a pas à subir de dommage à cause de son enfant, ni le père à cause de son enfant. Même obligation pour l’héritier. Et si après s ‘être consulté tous deux tombent d’accord pour décider le sevrage, nul grief à leur faire. Et si vous voulez mettre vos enfants en nourrice, nul grief à vous faire non plus, à condition que vous acquittiez la rétribution convenue, conformément à l’usage. Et craignez Allah, et sachez qu’Allah observe ce que vous faîtes. » (S2/V233)

Nous vous conseillons vivement le livre de la Leche League, complet en tous points : L’Art de l’allaitement Maternel. En cas de problème particulier, sachez que cette association a la chance d’avoir des bénévoles de qualité, formées à répondre à toutes vos questions, gratuitement, par téléphone ou par mail. Ces animatrices un peu partout en France, sont joignables tous les jours, à des heures convenables, pour orienter les mères, les aider, les encourager !

Et Allah est le meilleur conseiller et Celui qui sait. Qu’Allah vous facilite à toutes l’accomplissement de vos projets personnels, qu’Il vous donne des enfants pieux et obéissants, sains de corps et d’esprit, et qu’Il vous permette d’allaiter vos enfants malgré vos obligations quotidiennes, vos emplois, ou votre santé affaiblie. Amîn

Oum Zaza.

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE