L’ancien chef de la police de la ville américaine de Baltimore prend 25 ans de prison. Décision d’un juge fédéral après l’un des plus gros scandales de corruption de l’histoire des Etats-Unis. Devant le tribunal, le sergent Wayne Jenkins s’est excusé.

Avec notre correspondant à San Francisco,  Eric de Salve

Selon le procureur de Baltimore, le niveau de corruption du sergent Wayne Jenkins était tel que son impact sur la population est impossible à mesurer : racket de dealers pour leur voler argent et stupéfiants, escroqueries d’habitants noirs américains en pariant sur le fait qu’ils ne déposeraient pas plainte, cambriolages, vols à main armée, fausses déclarations… Et ce à un rythme quotidien, pendant des années. Cette affaire retentissante rappelle le scénario de The Wire, célèbre série télé américaine, qui dépeint justement la corruption policière à Baltimore, l’une des villes les plus violentes et meurtrières des Etats-Unis.

L’officier de 37 ans était pourtant à la tête de la Gun Trace Task Force, une unité d’élite chargée de traquer les armes dans les quartiers de Baltimore. A la place, il alimentait lui-même le trafic et encourageait ses hommes à suivre son exemple. Selon la justice, son unité se comporterait avec la population de la même manière qu’un gang criminel.

Réputé intouchable, il est finalement tombé au bout de cinq ans, notamment en raison de dénonciations et d’écoutes téléphoniques. « Du fond de mon cœur, j’aimerais pouvoir revenir en arrière », s’est-il excusé, en sanglot, devant le tribunal. Qu’à cela ne tienne, il écope d’une peine de 25 ans. Avec lui, un second policier de son unité écope de 18 années de prison. La peine de deux autres policiers « ripoux » de Baltimore doit être annoncée ce vendredi 8 juin 2018.

RFI

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE