Les musulmans ont entamé depuis hier le jeûne du mois de ramadan. Au-delà de la privation de nourriture, le ramadan est un mois de solidarité et de spiritualité. Dans cet entretien, l’imam Koné Harouna de la mosquée du CHU de Treichville, nous en dit davantage.

Le Patriote : Nous venons d’entamer le mois de ramadan. Pouvez-vous nous en dire davantage sur l’importance de ce mois en islam ?

Imam Koné Harouna :Le ramadan est un mois de stage. Voyez-vous, avant ce mois, nous sommes asservis par nos mauvaises habitudes, tant alimentaires que comportementales. Le ramadan nous libère de cet esclavage pour faire de nous des esclaves de Dieu. On ne peut pas avoir l’amitié de Dieu tant qu’on ne le sert pas. Et lorsqu’on adore autre chose que Dieu, il  y a problème. Le ramadan vient donc faire de nousdes esclaves de Dieu et non des esclaves de nos désirs et passions. C’est en cela que réside l’importance du ramadan. Il vient nous donner de bonnes habitudes qui non seulement permettent d’être en de bons termes avec Dieu mais aussi avec nous- mêmes et notre environnement. Le ramadan vient faire de nous des êtres utiles et non nuisibles.

LP : Comment le musulman doit-il aborder ce mois ?

IKH : Le musulman doit aborder le mois de ramadan avec la foi. Dans le vers et où Dieu a institué le ramadan, il dit : « Ô les croyants ». Il n’a pas dit ô les musulmans. Le musulman, c’est le stade primaire de l’islam. Dieu s’adresse à ceux qui ont atteint le stade de croyant. C’est pourquoi il dit : « Ô les croyants, le jeûne vous est prescrit ». On doit donc accueillir le ramadan avec foi parce que, d’entrée, le prophète Mohamed, paix et salut sur son âme (Psi), dit : « Celuiqui accueille le ramadan avec foi et par espoir de la rémission de ses
pêchés, Dieu lui pardonne ses pêchés anticipés ».

Ensuite, on doit l’entamer avec une intention sincère : je vais jeûner pouradorer mon créateur. Je vais faire le ramadan pour avoir l’agrément de mon créateur. Si déjà, on l’accueille avec foi et si nous avons une intention sincère, nous sommes dans la meilleure disposition qu’il faut pour réussir notre mois de ramadan. Ce qui va suivre, ce sont les activités spirituelles. C’est pourquoi, il est important de saisir le ramadan comme une chance unique de se rapprocher de Dieu. Beaucoup ont voulu voir ramadan 2018, ils ne sont plus de ce monde. Nous qui avons eu la chance, nous ne savons pas si 2019 va nous trouver en vie. Saisissons donc ce ramadan comme une occasion unique. Les exercices de piété telle la prière de Tarawhi (la longue prière) etc., nous devons les développer. Ces activités-là, en plus de notre intention sincère, concourent à avoir l’agrément de Dieu.

LP : Qui est habilité à jeûner?

IKH : D’abord, il faut être musulman et jouir de ses facultés. Ce qui veut dire que le fou ne peut jeûner. Ensuite, il faut être pubère. Le jeûne n’est pas obligatoire pour un enfant. Et il faut être bien portant et résident.

C’est pourquoi il y a des dispositions particulières pour les malades et les voyageurs. Il y a par exemple des malades qui peuvent jeûner et d’autres non. Mais, dès l’instant qu’il est établi du point de vue médical qu’en jeûnant, tu exposes ta vie à un danger, la sagesse recommande d’arrêter de jeûner. Dieu lui-même dit dans le Coran : « quiconque est malade qu’il compte d’autres jours ».
Cela veut dire que Dieu n’accepte pas que tu l’adores au péril de ta vie. C’est cela la règle d’or parce que l’islam est venu pour préserver la vie, la santé. Donc, l’islam ne permet pas tout ce qui peut abîmer et détériorer la santé de l’homme. Quant au voyageur, il a le choix entre jeûner et ne pas jeûner. Cela dépend de l’état dans lequel il se trouve et de la distance à parcourir. A l’époque, le voyage se faisait à dos d’âne, de chameau. Aujourd’hui, on a le train, l’avion, la voiture. N’empêche. Un voyageur reste un voyageur. Le texte est là. Il a le choix entre jeûner ou ne pas jeûner. Mais ce qu’il doit savoir, c’est que s’il ne jeûne pas, il devra rembourser.

LP : Le jeûne n’est pas obligatoire pour les enfants. Mais, nous voyons des enfants qui jeûnent pendant pratiquement tous les 29 ou 30 jours du mois. Est-ce conseillé ?

IKH : Les enfants, il faut les suivre. On ne doit pas les obliger, mais quand ils veulent jeûner, il ne faut pas qu’on les en empêche. Cela fait partie de leur éducation. Ils sont certes enfants aujourd’hui, mais ce sont les adultes -de demain. S’ils n’ont pas pris l’habitude de jeûner jeunes, adultes, ils ne pourront pas le faire. On ne l’oblige pas, mais tant qu’il peut, on le laisse faire mais, on le contrôle, on le suit. Et, surtout on l’encourage. On a vu des enfants commencer à jeûner et dire à midi qu’ils ne peuvent plus continuer. Donc quand un enfant dit qu’il n’en peut plus, il ne faut pas l’obliger à continuer. C’est sa limite. Peut-être que la prochaine fois, il ira jusqu’à 16h. Et c’est petit à petit ainsi qu’il arrivera à jeûner correctement. Les Saaba (les compagnons du prophète, Ndlr) à leur époque faisaient jeûner les enfants. Mais ils les faisaient venir à la mosquée et leur proposaient des jeux, pour les distraire et leur faire oublier la faim. En tant que musulman, on peut copier sur eux. Mais il faut toujours surveiller l’enfant.

LP : Comment se fait la compensation pour les adultes qui ne peuvent jeûner pour cause de maladie ?

IKH : La compensation, c’est le fait de nourrir un pauvre par jour. Donc dans la compensation, on te ramène à la philosophie du jeûne qui est dene pas oublier les pauvres. Tu vas les aider à rompre leur jeûne dans les conditions optimales.

LP : Durant tout le mois de ramadan ?

IKH : Oui, durant tout le mois. Le minimum, c’est un kilo de riz par jour.
Il s’agit de l’alimentation de base. Si dans votre zone, c’est le mil, tu feras
la compensation avec le mil. Si c’est le maïs, tu le feras avec le maïs… Et Dieu dit que si tu peux ajouter autre chose, c’est bien. Si tu donnes un kilo de riz, accompagné de 1000 ou 2000 FCFA, il pourra faire une sauce pour accompagner le riz. Tu ne feras qu’augmenter tes mérites auprès de Dieu. Sinon le minimum c’est un kilo de riz. Il faut que celui à qui tu as donné soit vraiment dans les conditions pour le consommer.

LP : Nous constatons que durant le ramadan, les musulmans mangent plus qu’à l’accoutumée…

IKH : L’esprit du jeûne, c’est de nous libérer de l’asservissement. Malheureusement, pendant le mois de ramadan, cela nous rattrape parcequ’on est réduit à être des consommateurs. Plutôt que de réduire la consommation. On est dans la surconsommation. Ce qui fait qu’on n’entre pas dans l’esprit du ramadan. Lorsqu’on finit le mois de ramadan, sans avoir assisté un pauvre, on n’a pas encore compris l’esprit du ramadan. Pour pouvoir assister un pauvre, il faut réduire son budget. Mais si le budget double ou triple durant le ramadan, on ne peut pas faire de générosité. Pourtant si l’on jeûne en oubliant les pauvres, certes, on a eu les mérites, mais on n’a pas été conforme à l’esprit du ramadan. Parce que jeûner, c’est ne pas oublier les pauvres. C’est l’activité principale pendant le mois de ramadan qui a plus de mérite après la lecture du Saint Coran. Partout, dans le monde musulman, c’est l’activité principale des riches. Ils font à manger pour les jeûneurs, donnent de l’argent aux pauvres pour assurer l’alimentation de leurs familles pendant le ramadan. Mais on constate que pendant le ramadan, tout augmente et on s’inscrit dans la surconsommation. Plus grave encore, la poubelle des musulmans pendant le mois de ramadan est rempli de nourriture. Alors que Dieu dit : « les gaspilleurs sont les frères de Satan». Vous voyez donc le mal.Il faut que les gens diminuent cette surconsommation en s’inscrivant dans le strict minimum. Déjà même quand on jeûne, l’estomac rétrécit. Ce qui veut dire que même quand on a envie de manger énormément, on ne peut le faire. L’idéal aurait été que si avant le ramadan je dépense 200 000 FCFA comme popote, je dois pouvoir ramener cela à 100 000 FCFA pour coller à l’esprit du jeûne.
Les autres 100 000 FCFA peuvent servir à faire des actes de générosité. Dieu a toujours dit que sa famille, c’est les pauvres. Mais on veut plaire à Dieu et on oublie sa famille. Revoir sa consommation, nous permettra aussi d’acquérir la santé. Le prophète (Psi) a dit de jeûner pour avoir la santé. Qu’est-ce qui fait qu’on sort du ramadan avec une santé abîmée ? C’est notre alimentation. Si nous nous inscrivons dans l’excès, il y a de fortes chances qu’on sorte avec une santé abîmée.

LP : Quels conseils aux musulmans durant ce mois sacré pour réussir son jeûne?

IKH : Pour réussir son jeûne, il faut une intention sincère. C’est très important. Le prophète (Psi) dit que les actes ne valent que par l’intention qu’ils inspirent. A cela s’ajoutent les exercices de piété. Et enfin, donner aux pauvres. Si on a une bonne intention, on jeûne, on prie, on fait les invocations, nos lectures de Coran et qu’on arrive à assister les pauvres, il y a de forte chance s qu’on réussisse notre mois de ramadan.

Le patriote du 17 mai 2017

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE