La délégation de trois experts de la Fédération internationale de football association (FIFA), présente en Côte d’Ivoire pour un audit judiciaire des comptes de la Fédération ivoirienne de football (FIF), sont confrontés à un refus des dirigeants de la faîtière nationale, rapportent plusieurs sources.

Les auditeurs du cabinet Price Watehouse Coopers (PWC) conduits par Beat Lever, qui se sont présentés lundi, au siège de la FIF, à Treichville, ont été reçus par trois responsables locaux dont le vice-président, Sory Diabaté, le secrétaire exécutif, Jean-Baptiste Sam Etiassé et le président de la commission juridique, Me Athanase Raux.

Selon les mêmes sources, la rencontre n’aura duré que quelques minutes car la FIF s’est opposée à cette mission d’audit judiciaire de l’instance mondiale du football, arguant qu’elle a posé des préalables, par courrier, à la FIFA afin d’avoir des éclaircissements sur ses fondements juridiques et sa pertinence. Des correspondances qui sont restés jusque-là, sans suite.

« Nous leur avons montré tous les préalables que nous avons émis. Ils ont dit qu’ils vont se rapprocher de leur direction pour voir la conduite à tenir. En fonction de ce que la FIFA dira, nous aviserons », a confié Me Athanase Raux.

Le président de la commission juridique a précisé cependant que la FIF ne mettra à la disposition des auditeurs que les documents qui entrent dans le cadre de l’article 17 du règlement FIFA Forward, stipulant qu’un quelconque audit ne peut porter que sur les fonds octroyés par la FIFA dans le cadre de ce programme et non les fonds reçus de l’Etat, des sponsors et des partenaires .

Face à ce blocage, les membres du cabinet PWC n’ont pas encore fait de déclarations.

C’est le 27 avril que la FIFA a adressé un courrier à la FIF, pour l’informer d’une mission d’audit judiciaire de ses comptes à compter du 14 mai. La FIF a animé vendredi, une conférence de presse, pour dire qu’elle n’avait pas peur d’un audit de la FIFA mais lui avait fait parvenir deux autres correspondances en guise de préalables afin d’avoir des éclaircissements sur le « fondement et la pertinence » ce contrôle.

Cette mission de la FIFA en Côte d’Ivoire est consécutive à la crise qui secoue le milieu du football ivoirien depuis novembre 2017 avec l’élimination des Eléphants de la phase finale de la coupe du monde qui débutera le 14 juin, en Russie.

Depuis le 29 décembre 2017, un collectif de présidents de clubs et groupements d’intérêt affiliés à la fédération réclame au comité exécutif, la tenue d’une assemblée générale extraordinaire pour se prononcer sur la gestion, avec une possibilité de révocation du président Sidy Diallo et son équipe.

Devant le refus de la FIF qui a jugé « irrecevable » la requête, les dissidents du G42 ont saisi la FIFA qui a d’abord diligenté une mission d’imprégnation avant de convoquer les deux parties en conflit, à Zurich, en Suisse, le 20 mars, autour d’une table ronde.

AIP

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE