Abidjan-(Côte d’Ivoire) – Le gouvernement ivoirien a renforcé jeudi les sanctions dans les cas de ventes illégales des matières premières à l’extérieur du pays allant à 10 ans de prison pour le contrevenant, appris APA, dans la capitale économique ivoirienne.

« Toute personne qui se livrerait à l’achat , à la vente , au stockage, à l’écoulement où à la distribution hors des frontières nationales notamment le café , le cacao, le coton , l’anacarde et l’hévéa sans agrément risque une peine d’emprisonnement allant jusqu’à 10 ans et une amende pouvant atteindre 50 millions FCFA», a souligné le ministre ivoirien de communication, de l’économie numérique et de la poste, Porte-parole du Gouvernement , Bruno Koné.

Selon lui, ces «sanctions particulièrement sévères» visent à «protéger l’économie ivoirienne et permettre à l’industrie de transformation d’être plus compétitive».

Poursuivant M. Koné a fait savoir que les références précédentes qui étaient le code pénal et celui des douanes qui n’étaient «pas suffisamment dissuasives».

Les matières premières traversent parfois les pays frontaliers après les fixations des prix quand ils sont bas en Côte d’Ivoire.

SY/hs/ls

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE