La Musulmanie, ce pays imaginaire auquel certains islamophobes, qu’ils soient puissants ou misérables, croient dur comme fer, sans craindre de passer pour de fieffés imbéciles et de gros incultes à la face du monde, est tout sauf une chimère pour une éminente personnalité américaine du Département de la Justice !

Noel Francisco, l’avocat général des Etats-Unis, serait certainement bien en peine de localiser cette contrée merveilleuse, mais totalement fictive, sur une mappemonde…  Un léger détail qu’il aurait été bien avisé de prendre en considération, s’il avait voulu éviter de se ridiculiser, jeudi dernier, devant ses pairs de la Cour Suprême, en martelant à plusieurs reprises que « l’islam est un grand pays ».

Drapé dans sa respectabilité qui s’est fissurée sous le poids des critiques acerbes et des railleries moqueuses, Noel Francisco n’est pas le premier haut fonctionnaire de l’administration Trump à montrer toute l’étendue de son ignorance en la matière, devenant la risée des réseaux sociaux en un éclair.

Ironie du sort, c’est en livrant un vibrant plaidoyer en faveur du décret anti-immigration entériné par Donald Trump, la bêtise et l’inculture faites homme, selon nombre de fins observateurs de la politique américaine, que le troisième personnage le plus important de l’institution judiciaire US a achevé de se discréditer.

Sa référence élogieuse à l’islam, non pas comme à la troisième religion du Livre qui brille sous toutes les latitudes, mais comme à un « grand pays » qui n’existe pas, lui vaut aujourd’hui d’être brocardé à travers les Etats-Unis, dans les chaumières comme sur la cybersphère.

La Musulmanie est décidément une hallucination bien contagieuse qui affecte tous les milieux, et frappe même ceux que l’on pense être les plus instruits et, à tout le moins, les mieux informés…

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE