’Observateur national des lieux de privation de liberté (ONLPL) vient de signaler les risques d’effondrement de deux prisons. Il s’agit de la Maison d’Arrêt et de Correction de Fatick et du Fort B.

L’alerte a été donnée par Josette Marceline Lopez Ndiaye, ce mardi. Elle fait état de graves « risques d’effondrement » des deux prisons qui sont dans un état de « délabrement avancé ».

« Pour la MAC de Fatick, on nous a signalé que les murs sont sur le point de s’effondrer, pour la prison pour mineurs de Hann, le fort B, j’ai entendu que le mur est en train de vouloir s’effondrer aussi », s’est prononcée Mme Ndiaye.

L’occasion a été saisie durant un face-à-face avec la presse en marge d’un comité régional de développement (CRD) portant sur les missions et fonctionnement de l’ONLP.

« Au-delà de ces deux lieux de privation de liberté, il faut dire que toutes les prisons du Sénégal sont dans un état de vétusté et effectivement, elles ne sont pas à l’abri d’effondrement », a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, elle a saisi la balle au rebond pour rappeler que « toutes les prisons du Sénégal étaient d’anciennes écuries de chevaux à l’époque coloniale et ont été transformées en maisons d’arrêt et de correction (MAC) ».

« Donc, vous vous rendez compte de l’ancienneté de ces bâtiments, il est certain que ces prisons sont toutes dans un état vétuste », s’est-elle inquiétée. Elle invite ainsi « les autorités étatiques à construire de nouvelles prisons ». « Concernant les lieux de privation de liberté, vraiment, tout est vieux, tout est à refaire, vraiment tout », a-t-elle martelé.

Par ailleurs, Mme Marceline Ndiaye invite les autorités à « reconstruire les prisons ».

« L’Etat doit avoir une réaction rapide pour remédier à cette situation, sans quoi, les risques d’effondrement continueront de peser sur ces vieux lieux de privation de liberté ».

Afrikmag.com

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE