Pénurie d’eau potable à Bouaké, la 2è ville de Côte d’Ivoire

0
64

Bouaké (Côte d’Ivoire) – Une sévère pénurie d’eau potable est constatée depuis plusieurs jours à Bouaké du fait d’une longue sécheresse qui a occasionné le tarissement de la quasi-totalité de la réserve d’eau retenue par le barrage de la Loka, la principale source d’approvisionnement de cette ville du Centre-Nord ivoirien, a constaté APA, sur place.

Depuis plusieurs jours, l’eau coulant des robinets de la Société de distribution d’eau de la Côte d’Ivoire (SODECI), la principale unité d’approvisionnement d’eau potable du pays est devenue une denrée rare à Bouaké.

Si au Centre-ville, notamment dans les quartiers tels que Koko ou le Commerce, un rationnement est de mise, ce n’est pas le cas pour de nombreuses zones périphériques comme Dar-es-Salam, ou Diezoukouamékro qui restent sans eau depuis des jours, voire des semaines.

Selon les explications des responsables locaux de la SODECI, plus de la moitié de la réserve d’eau de la Loka, le principal barrage qui fournit 70% d’eau potable à la ville de Bouaké et à ses environs (Sakassou, Languibonou et Diabo) serait évaporé du fait de la grande sécheresse qui sévit dans cette partie du pays depuis 2016.

La cuvette du barrage de la Loka est quasiment vide. Son circuit d’irrigation à partir des sources d’approvisionnement que sont les rivières environnantes a été déréglé par divers facteurs d’ordre naturels, notamment le changement climatique mais également par les activités de l’homme sur l’environnement immédiat du barrage, indiquent d’autres sources.

Avec une ressource initiale de 33 millions m³ d’eau, le barrage de la Loka, situé à une vingtaine de kilomètres à l’Ouest de Bouaké a perdu plus de la moitié de son volume, soit plus de 6 mètres de hauteur qui ont été évaporés depuis la longue sécheresse de 2016, avait expliqué en avril 2017, le chef de l’usine de production d’eau potable de Bouaké- Loka, Samson Kouakou lors d’une visite guidée en compagnie de plusieurs leaders de la société civile venus s’enquérir des problèmes vécus par cette usine de traitement d’eau potable.

‘’Un aussi bas niveau d’eau n’avait jamais été constaté depuis la date de création de ce barrage en 1964’’, avait fait remarquer M. Kouakou.

‘’En son temps, cette ressource avait un volume de plus de 33 millions de m³ d’eau, soit près de 33 milliards litres d’eau’’, avait-il ensuite révélé, ajoutant que malgré le déficit constaté ces dernières années, la SODECI s’attelait, nonobstant des ressources supplémentaires en énergie et en produits d’entretien, pour satisfaire au mieux sa clientèle.

Avec une digue d’environ 300m pour une hauteur de 10m, le barrage de la Loka est la principale source d’eau potable de la ville de Bouaké.

Quant à l’usine de production de la SODECI, elle a une capacité de 1300m³ par heure. Un raccordement de cette usine au fleuve Bandama depuis le département de Béoumi (Ouest de Bouaké) figure parmi les solutions immédiates à cette dure pénurie qui fait couler beaucoup de salive à Bouaké.

CK/ls/APA

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE