Côte d’Ivoire : Un rapport fait des révélations sur la situation des femmes et des enfants en 2016

0
37

Les résultats du 5ème programme d’enquête par Grappes à indicateurs multiples (Mics 5) auprès des ménages ont été dévoilés, le lundi 19 mars 2018, au cours d’un atelier qui a eu lieu à l’auditorium de la Primature, à Abidjan-Plateau.

Ce rapport fait des révélations sur la situation des femmes et des enfants en 2016 et tire la sonnette d’alarme quant aux populations résidant dans les zones nord et nord-ouest de la Côte d’Ivoire. La Mics 5 révèle que 73,6 % de femmes enceintes bénéficient d’une assistance à l’accouchement ; 53,5 % sont utilisatrices de la moustiquaire imprégnée et 59,7 % d’enfants utilisent la moustiquaire imprégnée. S’agissant de la santé des enfants, la couverture vaccinale est établie à 40 % et 12 % d’enfants n’ont reçu aucun vaccin. Pour ce qui est de la nutrition infantile, le rapport note que 10 enfants sur 100 sont touchés par la malnutrition sévère dans le nord et le nord-ouest, où une intervention urgente s’impose. Les tendances en ce qui concerne la mortalité donnent un ratio de 33 enfants sur 1 000 pour ce qui est de la mortalité néonatale ; 60 sur 1 000 pour la mortalité infantile et 96 sur 1 000 pour la mortalité infanto-juvenile. Le nord est la zone où 125 enfants sur 1 000 décèdent avant leur 5ème anniversaire. L’accès à la source d’eau de boisson des ménages reste encore une préoccupation, avec un proportion de 19,3 % de ménages qui utilisent, selon l’enquête, des sources d’eau non améliorées.

S’agissant de la protection et de l’éducation des enfants, le rapport révèle que 36,7 % de femmes dans le nord, nord-ouest et à l’ouest de la Côte d’Ivoire sont excisées. Si cette pratique a fortement baissé à l’ouest, dans le nord et le nord-ouest, les petites filles sont encore excisées. 47 % des jeunes filles de 15 à 24 ans sont analphabètes et moins de la moitié des petites filles fréquentent l’école primaire dans le nord-ouest. Au total, la Mics 5 présente les efforts à faire en matière d’alphabétisation, de déclaration de naissances à l’état civil, de couverture vaccinale et de lutte contre l’excision.

Procédant à la clôture de la demi-journée de présentation des résultats clés de la Mics 2016, la ministre du Plan et du Développement, Nialé Kaba, a affirmé que les résultats de cette enquête offrent une opportunité pour l’évaluation des politiques prioritaires du gouvernement en matière de santé et d’éducation. Notamment la situation des femmes et des enfants en Côte d’Ivoire. « La Mics 2016 permet de disposer d’une base de données statistique pour le suivi des Objectifs du développement durable (Odd), du Plan national de développement (Pnd) de 2016-2020, mais également pour la prise de décision basée sur les faits », a mentionné la ministre Nialé Kaba. Elle a souligné qu’après la présentation des résultats, démarre la phase de dissémination, qui sera assurée par les structures techniques compétentes, en l’occurrence l’Office national de la population (Onp) et l’Institut national de la statistique (Ins). « Cette dissémination vise à mettre à la disposition de tous les utilisateurs potentiels des indicateurs actualisés, qui sont comparables au niveau international », a-t-elle dit.

L’Inter

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE