MASA 2018 : ministériel plaidoyer pour une libre circulation des artistes africains

0
83

Le ministre ivoirien de la Culture et de la Francophonie, Maurice Kouakou Bandaman, a prononcé, samedi, le discours de clôture de la 10ème édition du Marché des arts du spectacle d’Abidjan (MASA) par un appel à l’ouverture des frontières des pays occidentaux aux artistes d’Afrique.

« Il faut laisser les artistes aller et venir, circuler librement parce que les artistes ne se sédentarisent pas là où il n’y pas d’inspiration », a dit le ministre Bandaman, faisant référence aux stars Alpha Blondy, Magic System, Salif Keita, entre autres, qui ont accès aux scènes du monde entier.

Il a également fait remarquer qu’il « n’est pas juste que ceux du Nord viennent sur les scènes du Sud et pas le contraire », suscitant de vifs applaudissements des artistes présents à la cérémonie.

Maurice Bandaman a salué l’ensemble des partenaires dont l’OIF, le District d’Abidjan, la CEDEAO, l’UEMOA, pour leur contribution au succès de cette édition qui était consacrée au thème « Quels modèles économiques pour les arts de la scène ? Troupes, Salles de spectacles et festivals ».

Au nom de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Mme Youma Fall a salué la promotion de la diversité culturelle que promeut le MASA, promettant l’indéfectible soutien de son organisation qui a décerné un prix de 10 000 Euros (près de 6,5 millions de FCFA) à la jeune créatrice Aminata Coulibaly qui bénéficiera également d’un séjour à Bruxelles, en Belgique. Le jeune humoriste, Président Veskaye, a quant à lui emporté une cagnotte de mille dollars (500 000 FCFA) de l’OIF.

La nouvelle économie du MASA dont la Côte d’Ivoire assure désormais près de 70% du budget se veut un outil de développement social et économique au service du dialogue culturel pour « la fraternité entre la Côte d’Ivoire et l’ensemble des pays frères du monde », a souligné le directeur général, Pr Yacouba Konaté.

La 10ème édition du MASA coïncidait avec son 25ème anniversaire. Elle a réuni, du 10 au 17 mars, sur un même plateau des artistes ivoiriens, de divers horizons dont le Japon, le Mexique, Trobago et Trinidad, entre autres.

AIP

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE