Bilan Hadj 2017 : La Côte d’Ivoire, meilleur organisateur de la sous-région

0
115

En prélude à l’édition 2018 du pèlerinage à la Mecque, le séminaire bilan du Hadj 2017 qui a débuté samedi, à l’espace Crrae-Uemoa d’Abidjan, a pris fin dimanche dernier.

La rencontre a eu lieu autour du thème : « quels ajustements pour une amélioration continue de l‘organisation du Hadj ? » La nouvelle réjouissante de ce séminaire est que la Côte d’Ivoire est devenue une référence dans la sous-région, en matière de bonne organisation du pèlerinage à la Mecque.

Avec fierté, le ministre de l’intérieur, Sidiki Diakité, a félicité tous les acteurs, qui ont permis au pays d’atteindre cette performance. Il a particulièrement exprimé la reconnaissance du gouvernement ivoirien au royaume d’Arabie saoudite pour toutes les facilités, mises à la disposition du pays pour permettre à ses organisateurs d’encadrer efficacement les pèlerins du Hadj. Il a aussi félicité la communauté musulmane en Côte d’Ivoire avec à sa tête, le Cheick Bouakary Fofana. « La communauté musulmane, par son esprit de discipline, permet à la Côte d’Ivoire d’être présentée comme un modèle dans l’organisation du Hadj ». Le ministre a également manifesté sa reconnaissance au Directeur Général des Cultes, Bamba Messemba, pour son engagement et sa détermination à donner le meilleur de lui-même, pour la réussite de chacune des missions qui lui sont confiées.

Une Banque pour la gestion du Hadj

Il a par ailleurs réitéré l’offre de disponibilité du gouvernement à l’endroit de toute la communauté musulmane. En précisant que cette offre s’appuiera, cette année, sur les différentes résolutions produites. Sur ce point, il a noté entre autres, la date buttoir du 14 mai pour l’apurement de toutes les taxes, et le respect de tous les contrats signés en Arabie saoudite. Mais également au titre des recommandations, la question de la maison du Hadj ; ainsi que, la volonté de mettre en place une banque pour la gestion du Hadj dans le temps. Afin de ne pas circonscrire à une période trop courte la question financière entourant le départ en pèlerinage.

Pour toutes ces résolutions, le ministre a suggéré la mise en place, d’un comité spécifique, une organisation, de réflexion permanente, pour l’amélioration du Hadj. A ce propos, il a suggéré la mise en place d’un petit groupe de réflexion dans lequel, il sera représenté afin que les questions qui se situent dans l’appréhension du Hadj dans le temps, puissent être discutées.  Et que les proposions qui en sortiront puissent être soumises au gouvernement. « Lorsque j’aurai à ma disposition les calendriers que vous m’aurez fait parvenir, je me propose dans les prochains jours, d’informer le gouvernement de toutes les résolutions que vous avez prises pour l’édition du Hadj 2018 », a-t-il souligné.

La déclaration du séminaire demande, entre autres, pour le compte de la direction générale des cultes, à l’Etat, d’apporter une subvention aux pèlerins des opérateurs privés, et d’élaborer un chronogramme de rétrocession de l’organisation aux opérateurs privés ; et également de mettre en place un plan d’épargne hadj.

A ce propos, Sidiki Diakité a ajouté : « Vous tous, vous avez travaillé d’arrache-pied pour identifier, les dysfonctionnements constatés dans l’organisation du Hadj, l’année dernière, afin de mieux réussir l’édition 2018, en y apportant toutes les mesures correctives nécessaires », a dit le ministre.

Rassuré de l’expertise acquise par les Ivoiriens, il a indiqué que malgré les innovations induites dans le cadre de ce pèlerinage, selon le rapport de la mission exploratoire, qui annonce, un certain nombre de changement au niveau de l’Arabie saoudite, il a déclaré que le pèlerinage de 2018 sera encore meilleur que celui de l’année dernière.

Fraternité Matin

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE