Hondelatte « tord le cou à la bêtise », et défend l’histoire de Diam’s en live sur Europe 1

0
171

« De la folie à la sagesse».

Tel est le titre de l’émission de Christophe Hondelatte du 31 janvier 2018 où il couvre l’histoire de notre sœur Mélanie, alias Diam’s dans un passé dont elle a fait le deuil et le repentir.

Et l’émission vaut le détour. Car le journaliste a fait preuve de courage. Et a couvert, dans un style journalistique unique qui le caractérise, la fabuleuse histoire de Mélanie qui l’a conduit des ombres à la lumière.  Et la lumière n’est pas la lumière des projecteurs du show business dont des millions de jeunes rêvent. Mais la lumière de la foi. Celle qui nous illumine et nous fait sortir de l’esclavage de nos passions, d’une vie de paillettes, d’apparences, de faux-semblant,…

Le goût de la foi sincère dépasse de loin le goût de la vie de star. Mélanie nous explique qu’elle a « essayé » d’aimer toutes ces choses qui viennent avec le succès : la gloire, l’argent, le succès mondain, les honneurs…mais que c’est dans la foi et la modestie d’une vie de famille presque anonyme dans la banlieue parisienne qu’elle a trouvé son bonheur. Nous ne couvrirons pas le reste, elle a écrit deux livres magnifiques pour le raconter : «  Est-ce que c’est ça la vie ? (…) Moi je sais que c’est pas ça. »

Ajib.fr souhaite toutefois rendre hommage à Christophe Hondelatte pour avoir couvert la vie d’une personne, avec beaucoup d’humanisme et le courage journalistique de raconter tout simplement ce qu’il s’est passé dans la vie de Mélanie il y a 8 ans de cela. Hondelatte en a pris plein la tête pour l’avoir fait. Il cite les invocations de Mélanie au moment de son passage de l’ombre à la lumière. Il cite sa rencontre avec Allah. Il cite la « décision mal comprise » de Mélanie d’avoir quitté sa carrière pour trouver la paix. Dans le détail. Et pour avoir fait cela, il s’attire les foudres de ses pairs, des identitaires, des fous de la laïcité.

« Je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu, puis j’ai fait marche arrière ». Tels sont les mots de Mélanie dans son dernier album. Nous inspirons que Christophe Hondelatte ne fera pas marche arrière. Car il a vaincu les préjugés. Les journalistes peuvent encore en 2018 couvrir la vie de certains de leurs compatriotes en toute simplicité et sans jugement de valeur. Et n’en déplaise aux identitaires, les français l’ont écouté, en masse, et comprennent peu à peu que quand les journalistes leur parlent de musulmans sans leur créer la peur, ils sont tout de suite la cible des attaques. Bravo Christophe. Et merci pour votre empathie et votre humanisme.

Ajib.fr

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE