Côte d’Ivoire : nouvel appui budgétaire aux politiques sociales de l’Etat

0
158
La Banque mondiale vient d’accorder à la Côte d’Ivoire une enveloppe budgétaire de 60,4 millions de dollars (32 milliards de francs CFA) à titre d’appui aux politiques sociales de l’Etat. Cette nouvelle aide financière devra être mobilisée pour l’amélioration de conditions de vie et de la scolarisation des enfants.

La Côte d’Ivoire vient de se voir accorder un financement de 60,4 millions de dollars, soit environ 32 milliards de Fcfa de la Banque mondiale pour financer des projets relatifs au bien-être des enfants du pays.

Dans un communiqué rendu public ce lundi 22 janvier 2018, l’institution de Bretton Woods a souligné que ce financement est composé d’un crédit de 50 millions de dollars de l’Association internationale de développement (IDA) et d’un don de 10,4 millions de dollars du fonds fiduciaire Power of Nutrition. Les fonds devront permettre à la Côte d’Ivoire de soutenir ses projets liés à la croissance, à la nutrition et au développement de la petite enfance.

«Nous nous réjouissons d’aider le gouvernement à lutter contre le fléau de la malnutrition chronique et à promouvoir le développement socio-cognitif grâce à des interventions axées sur l’éducation parentale et l’éveil du jeune enfant», a déclaré Pierre Laporte, directeur des opérations de la Banque mondiale pour la Côte d’Ivoire. «L’objectif est d’assurer un état nutritionnel optimal chez les enfants vulnérables et d’améliorer leur bien-être afin qu’ils puissent contribuer à l’âge adulte au développement durable et inclusif de leur pays», a-t-il précisé.

Le financement facilitera l’extension des interventions en faveur de la petite enfance dans 14 régions administratives du nord et du centre de la Côte d’Ivoire, des zones où les enfants de moins de cinq ans souffrent régulièrement de malnutrition chronique.

 «La malnutrition chronique a des effets délétères sur la croissance des enfants, avec des risques accrus de maladie et de décès, des déficiences dans le développement cognitif, des performances scolaires diminuées et, à terme, une productivité plus faible à l’âge adulte. Des conséquences qui coûtent à l’économie ivoirienne près de 970 millions de dollars par an», explique le communiqué de la Banque.

L’action de l’institution consistera donc à appuyer les efforts des autorités ivoiriennes afin de garantir une offre suffisante de services primaires de qualité en matière de santé et de nutrition de la mère et de l’enfant, mais aussi pour accroître la quantité et la qualité des services de santé et de nutrition dans toute la Côte d’Ivoire.

Un Plan national multisectoriel pour faire face à la malnutrition

Ce nouveau financement de la Banque mondiale sera réparti sur deux grands volets. Une partie dédiée au Plan national multisectoriel de nutrition (2016-2020) qui vise notamment à garantir à l’ensemble de la population un statut nutritionnel optimal et à réduire la prévalence des retards de croissance chez les enfants de moins de cinq ans.

La seconde partie du financement sera mobilisée dans le cadre du partenariat entre la Banque mondiale et la Côte d’Ivoire pour la période 2016-2019 qui vise notamment à renforcer les principaux leviers pour l’élimination de l’extrême pauvreté parmi les populations.

Afrique.latribune.fr

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE