En Afrique subsaharienne, les recettes de la télévision payante vont connaître une forte croissance sur les cinq prochaines années. Les revenus du secteur, portés par une forte concurrence et une baisse des tarifs, devraient s’établir à quelque 6,64 milliards de dollars sur cette période, contre 2 milliards enregistrés l’an dernier, soit une progression de 41%.

La télévision payante a un très bel avenir en Afrique subsaharienne. D’après une étude de Digital TV Research, dont les conclusions ont été rendues publiques ce lundi 8 janvier, les revenus du secteur de la télévision payante devraient s’établir à 6,64 milliards de dollars d’ici à 2023 contre, contre 2 milliards de dollars enregistrés l’année dernière, soit une progression de 41%.

D’après les résultats de l’étude, cette croissance du secteur profitera d’une augmentation de 74% du nombre d’abonnés (40,89 millions) sur la même période et sera portée par une forte concurrence entraînant de facto une baisse des tarifs. «La concurrence de la télévision payante en Afrique subsaharienne devient de plus en plus intense, notamment avec le lancement de Kwese TV dans 14 pays en 2017. Aussi, dans la plupart des pays, les opérateurs de télévision payante ont-ils réduit les frais d’abonnement et subventionné ou offert les équipements, à mesure que la concurrence s’intensifiait», a expliqué Simon Murray, analyste principal à Digital TV Research.

Par ailleurs, Digital TV Research a indiqué que sur les 23,49 millions d’abonnés à la télévision payante à la fin de l’année dernière, 13,78 millions étaient connectés à des chaînes de télévision par satellite et 9,11 millions à des chaînes de télévision TNT (télévision numérique terrestre).

Le Nigéria en tête

En termes de nombre d’abonnés, Digital TV Research avance que c’est le Nigéria qui arrivera en tête du classement par pays, avec quelque 9,68 millions de clients, l’Afrique du Sud deuxième avec 9,28 millions de clients, suivie du Kenya (2,9 millions) et de la Tanzanie (2,27 millions).

Côté opérateurs, c’est Startimes qui affichera la meilleure progression, avec 13,42 millions d’abonnés en 2023, contre 6,23 millions à fin 2017. L’opérateur chinois passera ainsi devant le français Vivendi (Canal Plus et Easy TV) qui aura gagné d’ici 2023, 2,87 millions d’abonnés pour se retrouver avec 4,87 millions d’abonnés. Quant au sud-africain Multichoice, il va poursuivre sa domination dans le secteur avec 16,66 millions d’abonnés en 2023, contre 12,48 millions enregistrés à fin 2017.

afrique.latribune.fr

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE