Attentat de Barcelone : ce que l’on sait des frères Oukabir

0
142

Un jeune homme de 17 ou 18 ans, dont le frère a été interpellé jeudi soir, est soupçonné d’avoir pris part à l’attaque terroriste.

Depuis vendredi matin, un grand flou entoure la situation des suspects interpellés ou recherchés par la police, dans le cadre des investigations lancées après l’attentat de Barcelone. Jeudi, en fin d’après-midi, la guardia civil diffusait le nom et la photographie d’une personne, Driss Oukabir, censée avoir loué la fourgonnette ayant servi à mener l’attaque terroriste. Or ce dernier, comme Le Point.fr l’explique ici, a nié les faits auprès de la police. Il affirme que ses papiers d’identité lui ont été dérobés et est actuellement toujours interrogé. Des perquisitions ont eu lieu à son domicile vendredi matin.

Les soupçons des enquêteurs se portent depuis sur le petit frère de l’intéressé, Moussa Oukabir, âgé de 17 ou 18 ans. Selon plusieurs médias locaux, le jeune homme pourrait avoir volé les documents de son aîné afin de louer le véhicule sous un prête-nom. Des journaux espagnols le présentent comme le potentiel conducteur de la camionnette, qui a fait au moins 13 morts sur la Rambla de Barcelone. Des informations qui ne sont toutefois pas confirmées de source officielle, la police se contentant de dire qu’elle recherche activement le jeune homme.

Radicalisé

En outre, d’autres sources indiquent que le jeune homme pourrait être l’un des cinq terroristes abattus par la police lors de l’attaque de Cambrils. Une information là encore non confirmée. Un doute existe également quant à la nationalité des deux frères, certains médias évoquant une double nationalité espagnole et marocaine.

Le radicalisme religieux de Moussa Oukabir, quant à lui, semble faire peu de doutes. Selon La Vanguardia, un quotidien catalan, Moussa était un utilisateur régulier, à l’âge de 16 ans, d’un forum dénommé Kiwi. Le journal a retrouvé trace de plusieurs de ses échanges, dans lesquels il explique vouloir « tuer les infidèles » et ne laisser en vie que les musulmans pratiquants.

Par lepoint.fr

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE