D’après Aicha (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) faisait l’i’tikaf durant les dix derniers jours de ramadan jusqu’à ce qu’Allah le fasse mourir puis ses épouses ont fait l’i’tikaf après lui.
(Rapporté par Boukhari dans son Sahih n°2026 et Mouslim dans son Sahih n°1171)


عَنْ عَائِشَةَ رضي الله عنها أَنَّ رَسُولَ اللَّهِ صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ كَانَ يَعْتَكِفُ فِي الْعَشْرِ الأَوَاخِرِ مِنْ شَهْرِ رَمَضَانَ حَتَّى تَوَفَّاهُ اللَّهُ ، ثُمَّ اعْتَكَفَ أَزْوَاجُهُ مِنْ بَعْدِهِ
(رواه البخاري في صحيحه رقم ٢٠٢٦ و مسلم في صحيحه رقم ١١٧١)

D’après Houdheyfa (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et son salut soit sur lui) a dit: « Il n’y a pas d’i’tikaf si ce n’est dans les 3 mosquées ».
(Rapporté par Al Bayhaqi dans Al Sounan Al Koubra n°8574)

Ce hadith a été authentifié entre autres par:
– Cheikh al islam Ibn Taymiya dans Charh Al Omda vol 5 p 724
– L’imam Dhahabi dans Siyar A’lam Noubala vol 15 p 81
– L’imam Safarini dans Charh Omdatoul Ahkam vol 4 p 79
– Cheikh Albani dans Silsila Sahiha n°2786


عن حذيفة رضي الله عنه قال رسول الله صلى الله عليه و سلم : لا اعتكاف إلا في المساجد الثلاثة
(رواه البيهقي في السنن الكبرى رقم ٨٥٧٤)

 


:و هذا الحديث صححه
شيخ الإسلام ابن تيمية في شرح العمدة ج ٥ ص ٧٢٤
الإمام الذهبي في سير أعلام النبلاء ج ١٥ ص ٨١
الإمام السفاريني في شرح عمدة الأحكام ج ٤ ص ٧٩
الشيخ الألباني في السلسلة الصحيحة رقم ٢٧٨٦

Les savants ont défini l’i’tikaf comme étant le fait de rester à la mosquée et de ne pas en sortir afin d’adorer Allah par la prière, le rappel, la lecture du Coran, l’étude de la science…

Les 3 mosquées qui sont mentionnées dans le hadith sont la mosquée Al Haram à La Mecque, la mosquée du Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) à Médine et la mosquée Al Aqsa à Jérusalem.

Les savants sont également en divergence sur la compréhension de ce hadith, certains disent qu’il montre que l’i’tikaf n’est pas valable si elle n’est pas pratiquée dans l’une de ces trois mosquées tandis que d’autres savants sont d’avis que le sens est qu’il n’y a pas d’i’tikaf meilleure que dans ces trois mosquées.

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE