D’après Abou ‘Oubeida Ibn Al Jarrah (qu’Allah l’agrée), le Prophète (que la prière d’Allah et Son salut soient sur lui) a dit: « Celui qui fait une dépense méritoire dans le sentier d’Allah alors celle-ci est comptée sept-cent fois.
Celui qui fait une dépense pour lui-même ou pour sa famille, visite un malade, écarte un objet gênant du chemin alors la bonne action est comptée dix fois.
Le jeûne est une protection tant que la personne ne l’a pas déchirée (1).
Et la personne qu’Allah éprouve dans son corps (2) alors ceci est pour lui une expiation (3) ».
(Rapporté par l’imam Ahmed dans son Mousnad n°1690 et authentifié par Cheikh Shouayb Arnaout dans sa correction du Mousnad)

(1) C’est à dire en commettant ce qui ne convient pas durant le jeûne comme par exemple la médisance et le mensonge.
(2) C’est à dire qu’Il l’éprouve par la maladie.
(3) C’est à dire une expiation de ses péchés.
(Hachia As Sindi ‘Ala Mousnad Ahmed vol 2 p 172)

عن أبي عبيدة بن الجراح رضي الله عنه قال النبي صلّى الله عليه و سلّم : منِ أنفقَ نفقةً فاضلةً في سبيلِ اللَّهِ فبسبعمائةٍ ومنِ أنفقَ على نفسِهِ وأَهْلِهِ أو عادَ مريضًا أو مازَ أذًى فالحسَنةُ بعشرِ أمثالِها والصَّومُ جُنَّةٌ ما لم يخرقها ومنِ ابتلاهُ اللَّهُ ببلاءٍ في جسدِهِ فَهوَ لَهُ حِطَّةٌ
(رواه الإمام أحمد في مسنده رقم ١٦٩٠ و حسنه الشيخ شعيب الأرناؤوط في تحقيق المسند)

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE