Nigéria : le président Buhari de nouveau hospitalisé à Londres

0
301
Muhammadu Buhari est à Londres pour de nouveaux examens médicaux. Accompagné de ses médecins personnels, le chef de l’Etat nigérian a notifié son voyage au Sénat et à l’Assemblée nationale, comme le stipule la Constitution du pays. En attendant son retour, le pouvoir sera assuré par le vice-président, Yemi Osinbajo.

La joie qu’a procurée son retour après deux longs mois d’hospitalisation aura finalement été de courte durée. Le président Muhammadu Buhari est reparti ce dimanche 7 mai vers Londres, où il devra se faire soigner pour une durée qui sera décidée par ses médecins.

L’état de santé du président Buhari affecte son peuple en ces temps de crise économique dans le pays. C’est pourquoi avant de partir, «le Président a rassuré les Nigérians à ne pas se faire de souci ou d’inquiétude pour lui», a confié son porte-parole, Femi Adesina.

Plus tôt dans la matinée du dimanche, des églises du pays ont prié pour le bon rétablissement du chef de l’Etat. C’est l’exemple de l’Eglise méthodiste qui, par la voix du Révérend Samuel Nortey, a exprimé ses préoccupations quant à la santé de Muhammadu Buhari et a appelé à prier pour son rétablissement. Même si rien n’a été officiellement communiqué sur la nature de la maladie du président, certains médias locaux avancent «un problème à l’oreille interne». D’autres laissent entendre que Muhammadu Buhari avait parfois des pertes de mémoire.

Mais avant de se diriger vers Londres, le président Buhari a dû notifier son voyage au Sénat et à l’Assemblée nationale, comme le prévoit la constitution du pays. Selon ce texte qui date de 1999, l’intérim au pouvoir sera assuré par le vice-président Yemi Osinbajo.

Des rumeurs persistantes

Si le nouveau voyage du président affecte les Nigérians, ce n’est pas seulement parce que celui-ci sort du pays. C’est aussi parce que c’est la seconde fois en cette année que le président est hospitalisé à Londres. Une deuxième hospitalisation qui n’augure rien de bon pour le pays.

Aujourd’hui âgé de près de 74 ans, l’ancien général d’armée avait quitté son pays le 19 janvier 2017, à l’occasion de ses congés annuels, et s’était fait hospitalisé à Londres pour une durée de deux mois. Même si son porte-parole s’est voulu rassurant, en disant qu’il n’y avait pas de quoi s’inquiéter et que le président s’était juste vu recommander une plus longue durée de repos, son entourage immédiat a dû, à plusieurs reprises, démentir des rumeurs insistantes donnant le président mort ou gravement malade.

afrique.latribune.fr

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE