Emmanuel Macron et Marine Le Pen, vont se livrer ce mercredi soir devant des millions de téléspectateurs pendant 2h20 à un duel déterminant, à quatre jours du second tour.

Ils s’affronteront sous les hospices des journalistes Nathalie Saint-Cricq (France 2) et Christophe Jakubyszyn (TF1). Un duel dont l’enjeu pourrait être majeur. Analyse par le communicant politique, Philippe Moreau-Chevrolet.

Le débat peut-il influencer les électeurs ?

Philippe Moreau-Chevrolet : Pendant très longtemps, on a dit que les débats d’entre-deux-tours n’influençaient en rien les votes. Qu’ils permettaient seulement de confirmer les avis. On connaissait les noms des gagnants à l’avance, ça été le cas en 2007 et en 2012. Mais là, ce n’est pas pareil et pour plusieurs raisons. La grosse différence, c’est que les partis traditionnels de gauche et de droite ont été balayés. Le second tour accueille donc deux nouveaux venus. Et cette année, il y a beaucoup d’indécis. L’enjeux est donc important, le débat peut avoir un impact sur eux. La rencontre est également importante car Emmanuel Macron est sorti du premier tour avec une avance plutôt faible.

Comment Marine Le Pen peut-elle convaincre ?

Ph. M-C. : Elle a tout intérêt à faire comme pendant le premier tour, c’est-à-dire avoir un côté supérieur, maternel et condescendant avec Emmanuel Macron. C’est ce qui peut lui rapporter le plus. Elle doit être calme, il faut qu’elle rassure. Si elle apparait apaisée, elle pourrait convaincre les électeurs, surtout les plus âgés. En revanche, un comportement agressif de sa part renforcerait l’idée que le front républicain qui lui est opposé est nécessaire.

Les thèmes abordés lui seront-ils favorables ?

Ph. M-C. : Sur le fond, Marine Le Pen risque d’être en difficulté sur les sujets économiques et sociaux, où elle a déjà montré des faiblesses. Mais elle est meilleur sur la sécurité et l’immigration. De manière générale, le débat politique a viré à droite ces dernières années. Elle peut donc en tirer quelque chose de profitable.

Et Emmanuel Macron, comment peut-il convaincre ?

Ph. M-C. : Pour lui, c’est plus compliqué, parce qu’il part avec un statut de favori, cela décuple les attentes. Il doit, en outre, passer du candidat par défaut au candidat que l’on choisit. Mécaniquement, il est élu, mais c’est important pour lui de préparer la suite.

Quel comportement doivent adopter Emmanuel Macron et Marine Le Pen ?

Ph. M-C. : Les deux candidats doivent appliquer des stratégies inverses. Marine Le Pen doit adoucir son image, Emmanuel Macron la durcir. Marine Le Pen doit proposer un dialogue serein et apaisé. Le candidat d’En Marche! doit affirmer son caractère, dominer, montrer qu’il peut être président. Il faut qu’il muscle son discours, qu’il soit dans la confrontation… ce qui n’est pas facile pour quelqu’un qui est à ce point consensuel.

Par CNEWS Matin

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE