Lors du dernier Conseil des ministres, les autorités ivoiriennes viennent de ratifier deux accords de prêts conclus avec la Banque islamique de développement en fin d’année 2016. Portant sur un montant total de 80,46 millions d’euros, le financement devra servir aux travaux d’assainissement et de drainage des eaux pluviales dans la capitale ivoirienne.

Le gouvernement ivoirien vient de procéder à la ratification de deux accords de prêt conclus avec la Banque islamique de développement (BID) ce mercredi en Conseil des ministres. Datant du 22 décembre 2016, il a fallu attendre 3 mois pour que les autorités ivoiriennes soucieuses de gérer la dette publique du pays, les agrémentent. Il s’agit de deux accords de prêt qui portent sur un montant global de 80,46 millions d’euros, soit 52,77 milliards de francs CFA. Un premier prêt qui été accepté sous la forme d’un accord de services « Ijarah » pour un montant de 3,74 millions d’euros, environ 2,45 milliards de francs CFA, et un second accord de prêt « Istisna’a » concernant un montant de 76,72 millions d’euros, environ 50,32 milliards de francs CFA.

« Ces deux accords de prêts ont pour objectif d’améliorer le cadre de vie des populations de la ville d’Abidjan, particulièrement celles des communes de Cocody et de Yopougon, à travers l’installation d’équipements de drainage des eaux pluviales, l’assainissement des eaux usées ainsi que la collecte et le ramassage effectifs des déchets solides », peut-on lire dans le communiqué sanctionnant le Conseil des ministres. Selon le document, le gouvernement compte par ces travaux, mieux protéger les populations contre les inondations, garantir la santé publique, sécuriser les infrastructures routières et protéger les forages d’eau potable contre d’éventuelles contaminations.

De manière pratique, ces projets d’aménagement du cadre de vie et de salubrité publique concernent la réalisation des canaux primaires de drainage des eaux pluviales des bassins versants des quartiers de Bounoumin-Riviera Golf et de Yopougon. La construction d’une station de traitement des boues de vidange, sur le raccordement de 10.000 ménages au réseau d’eaux usées à Abidjan est aussi prévue ainsi que l’acquisition de cent containers à ordures ménagères.

Des projets déjà en cours

L’aménagement de la capitale ivoirienne tient à cœur aux autorités ivoiriennes. Celles-ci n’ont pas attendu les partenaires pour lancer les chantiers. Avec l’Office national de l’assainissement et du drainage de Côte d’Ivoire (ONAD) plusieurs projets ont déjà été exécutés ou sont en cours à Abidjan.

Par exemple, dans le but de lutter contre l’inondation du carrefour de l’Indénié (district d’Abidjan) pour garantir la fluidité routière pendant la saison des pluies, les bassins tampons et les ouvrages annexes (Dalots et canaux) ont fait l’objet, l’année dernière de plusieurs interventions.

A titre illustratif, une première intervention entre février et mars 2016 pour curer, transporter et mettre en décharge 67 347 m³ de produits de curage, une seconde intervention entre mai et septembre 2016 pour permettre d’assurer un fonctionnement optimum de ces ouvrages pendant la grande et la petite saison des pluies. Avec l’ONAD et ses travaux, le gouvernement ivoirien compte à l’horizon 2025 réaliser un programme de développement des infrastructures dans le domaine de l’aménagement et de l’assainissement et renforcer la coordination avec les acteurs privés. Une visée à laquelle les prêts de la BID pourront largement contribuer.

La Tribune Afrique

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE