Winston Churchill: Une étonnante fascination pour l’Islam et la culture orientale

0
318

Aux yeux des britanniques et dans la mémoire collective européenne, Winston Churchill a laissé une empreinte indélébile. Son action, pour préserver son pays de l’invasion nazie et sa dénonciation du totalitarisme soviétique lui ont valu une longue carrière politique et une place particulière dans l’histoire de la Grande Bretagne. Mais, peu de gens savent l’admiration de cet homme politique pour l’Islam et la culture orientale.

Cette révélation a été mise à jour par la découverte d’une correspondance privée entre l’ancien premier ministre et sa future belle-sœur suite aux recherches du docteur Warren Dockter, historien à l’Université de Cambridge. En 1907, Lady Gwendoline Bertie écrivit:

« S’il vous plaît, ne vous convertissez pas à l’islam; j’ai remarqué votre tendance à vous orientaliser, à devenir un pacha. Je l’ai vu, vraiment. Si vous vous rapprochez davantage de l’islam, votre conversion serait inévitable, résistez à cet appel, combattez-le. »

L’attirance pour ces nouvelles cultures est telle qu’en compagnie de son proche ami, Wilfrid S. Blunt, poète et partisan des causes musulmanes, ils apprécient l’élégance  des tenues arabes. Aussi, inquiète de cet attrait irrésistible pour l’orient, Lady Gwendoline redoutait sa « possible conversion » selon ses propres mots.

L’historien Dokter, nous éclaire sur cette facette inconnue du grand public qui trouve ses sources dans la participation de Churchill aux campagnes militaires au Soudan et dans les régions septentrionales de l’Inde; ces « zones musulmanes » ont profondément marqué sa personnalité.

Dans ses travaux d’écriture du livre « W. Churchill et le monde islamique », il maintient que les propos de sa belle-sœur « peuvent ne pas avoir été si éloignés de la vérité ». L’historien pense que Churchill considérait l’Islam comme l’égal du christianisme dans un monde d’empires et de colonies, une vision qui tranche vis à vis de ses contemporains. Le dirigeant britannique fut un fervent admirateur des prouesses militaires ottomanes et plus généralement de l’histoire de l’expansion de L’empire Ottoman.

Le chercheur nous rappelle également,que durant les heures les plus sombres contre l’Allemagne nazie, Churchill a approuvé un projet de construction d’une mosquée dans le centre de Londres et provisionna une aide de 100 000 livres sterling. Aujourd’hui « The london central Mosque » symbolise la présence musulmane en Grande Bretagne, elle se trouve non loin de Regent Park.

Cependant, l’histoire nous apprend la mesure: l’ambiguïté des positions et des déclarations de l’homme politique résume ce mélange étonnant de perspectives impérialistes et de fascination pour les contrées orientales musulmanes. Certains proches du cercle familial craignaient sa conversion, mais selon Warren Dokter « Churchill n’a jamais sérieusement envisagé de se convertir ».

W. Churchill fait partie de ces hommes qui, à la tête d’empires, ont façonné le visage du Moyen orient. Les événements qui se jouent sous nos yeux au Proche et Moyen-Orient ne peuvent être éludés qu’à la lumière des faits historiques qui s’y sont déroulés au siècle dernier. Comprendre l’échiquier géopolitique de cette région, c’est analyser l’implication de l’occident, la désunion du monde musulman et les conséquences des décisions prises par le passé qui aboutissent aux problématiques actuelles.

ajib.fr

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE