Islam / Voici tous les signes d’une bonne fin !

0
359

Dans l’Islam, il existe dix-neufs signes qui permettent de juger de la bonne fin de vie d’une personne et de sa possible accession au paradis. En effet, toute personne qui meurt de l’une des façon suivante, est une preuve de bonne fin.

1) Citer l’attestation de foi (al-Shahada) avant de mourir;
Le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit: «Accédera au paradis celui dont la dernière parole est : Il n’y a de dieu qu’Allah» (rapporté par Abou Daoud).

2) Mourir en suant du front, c’est-à-dire transpirer de façon à ce que la sueur coule sur son visage.
Car Bourayda ibn al-Houssayb affirme avoir entendu le Messager d’Allah (sallAllahou ‘alayhi wa salam): «La mort du croyant s’accompagne d’une sueur au front».

3) Mourir le jour ou la nuit du vendredi.
le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit : «Tout musulman qui meurt le vendredi sera protégé contre les épreuves de la tombe». (Rapporté par Ahmed et authentifié par Cheikh Albani).

4) Mourir pendant les affrontements de la guerre sainte.
Le Messager d’Allah (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit : «Celui qui meurt sur le chemin d’Allah est aussi un martyr».
Et le Messager d’Allah (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit : «Celui qui meurt sur le chemin d’Allah est aussi un martyr». (rapporté par Mouslim, 1915).

5) Celui qui meurt en combattant sur le chemin d’Allah (subhanou wa ta’ala). Le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit : «La peste donne le martyr à tout musulman (qui en meurt)». (Boukhari & Mouslim).

6) Mourir de la peste.
Le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit : «Celui qui meurt d’une maladie du ventre est un martyr». (Mouslim).

7) Mourir suite à une maladie du ventre.
Le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit : «Cinq sont des martyrs : celui qui meurt à cause de la peste, celui qui succombe à une maladie du ventre, le noyé, celui qui meurt dans un effondrement et celui qui meurt sur le chemin d’Allah». (Boukhari).

8) et 9) Mourir noyé et sous les décombres.
Le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit : «Cinq sont des martyrs : celui qui meurt à cause de la peste, celui qui succombe à une maladie du ventre, le noyé, celui qui meurt dans un effondrement et celui qui meurt sur le chemin d’Allah». (Boukhari).

10) Le décès d’une femme lors de son accouchement.
Le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit : «Est martyr la femme qui meurt porteuse ». Selon Al-Khattabi cela désigne la femme qui meurt enceinte». (attesté par un hadith rapporté par Abou Daoud).

11) et 12) et 13 Mourir brûlé et par la plèvre (membre thoracique) ou mourir de la tuberculose.
«Etre tué sur le chemin d’Allah est un martyr, mourir dans la peste est un martyr, mourir de noyade est un martyr, mourir des suites d’un accouchement fera que la martyr sera traînée par son enfant à l’aide du cordon ombilical». Aboul Awwam, gardien de Beyt al-Maqdis ajoute : «et celui qui meurt de brûlure ou de tuberculose».

14) Celui qui meurt en défendant ses biens.
Le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam): «Celui qui est tué alors qu’il défend ses biens est un martyr comme celui qui est tué alors qu’il défend sa foi ou sa vie». (Majmû’ Al-Zawâ’id (2/317) et (5/301).

15) et 16) Celui qui meurt en défendant sa religion et sa personne.
Le Messager d’Allah (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit : «Celui qui meurt en défendant ses biens meurt martyr, celui qui meurt en défendant sa famille meurt martyr, celui qui meurt en défendant sa religion meurt martyr, celui qui meurt en défendant sa personne meurt martyr». (Rapporté par Abû Dâwud (2/275), Al-Nasâ’î, At-Tirmidhi et Ahmad selon Sa’îd b. Zayd et sa chaîne de narrateurs est authentique).

17) Celui qui meurt en faisant la garde sur le sentier d’Allah, meurt martyr.
Le prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit : «Monter la garde un jour et une nuit est meilleur que jeûner et prier tout un mois, et s’il meurt, il lui sera compté les mêmes actions que celles qu’il effectuait ; Sa subsistance lui est dispensée et il est à l’abri de l’épreuve». (Rapporté par Muslim (6/51), Al-Nasâ’î (2/63), At-Tirmidhî (18/3), Al-Hâkim (2/80), Ahmad (5/440 et 441) selon Salmân Al-Fârisî).

18) Mourir durant l’accomplissement d’une bonne action.
Le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a dit : «Celui qui dit : « Il n’y a pas de dieu en dehors d’Allah » avec la seule intention de complaire à Allah accédera au paradis. Celui dont le dernier acte est une aumône accédera au paradis». (Rapporté par l’imam Ahmad, 22813).

19) Celui qui est tué par un dirigeant oppresseur après lui avoir donné des conseils.
Conformément à la parole du Messager d’Allah (sallAllahou ‘alayhi wa salam) qui a dit: «Hamza b. ‘Abdul-Mutalab est le maître des martyrs, et aussi toute personne qui va chez un dirigeant oppresseur pour lui ordonner (le bien) et lui interdire (le blâmable) et qui ensuite se fait tuer».

Ces signes sont de bons indices qui traduisent la bonne fin. Cependant nous n’en déduisons pas qu’une personne déterminée accédera au paradis, à moins qu’il s’agisse de quelqu’un en faveur duquel le Prophète (sallAllahou ‘alayhi wa salam) a fait un témoignage dans ce sens, comme c’est le cas des quatre califes rashidun (Abou Bakr As-Siddiq, Omar ibn al-Khattâb, Othmân ibn Affân , Ali ibn Abi Talib).
Qu’Allah (subhannou wa ta’ala) nous accorde une belle fin !

ajib.fr

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE