À la veille de l’élection présidentielle en France, le baromètre politique français montre que les partis de droite et de gauche, sont en panne de crédibilité. Les républicains avec François Fillon nagent en plein paradoxe : plus la date du premier tour de l’élection présidentielle se rapproche, moins rien ne va dans le camp de François Fillon qui, refuse de « refaire » le film des emplois fictifs de sa femme et de ses enfants. François Fillon refuse de céder au « remplacement », et du coup rétrécit l’audience de la droite. Personne ne croyait, il y a quelques mois que, François Fillon allait jouer un rôle d’épouvantail dans la vie politique française. À l’analyse, il n’est pas encore marginalisé mais il a créé un clivage entre ceux qui le soutiennent et les sceptiques de l’opinion française. La majorité de la droite française semble partager cette opinion, que François Fillon n’est pas loin de Nicolas Sarkozy, en matière de scandales politiques et financières en France, et il aura à contribuer à renforcer l’héritage de François Hollande dont souffrent les Français, qui ont déjà pointé le « comportement »politique et moral, de François Fillon comme un risque, de retour à la case des mécontentements. En face, Benoît Hamon et Emmanuel Macron n’ont pas le métier politique. Ils ont tout simplement la vocation « à bien parler… ». Difficile dans ces conditions de franchir l’image d’hommes d’États. C’est pourquoi, Emmanuel Macron, Bénoît Hamon stagnent. Sinon dans le « bien parler » les adversaires de la droite , ont de belles idées qu’il ne faut écarter : Surtout les valeurs traditionnelles, ou Macron et Hamon sont bien plébiscités. Mais, aujourd’hui la préférence des Français, c’est bien en matière d’emplois. Les Français y adhèreront si un programme « costaud » est conçu dans ce domaine. Et, en se penchant aussi sur leur programme économique. Surtout attirer cet électorat de gauche qui, croit que la France peut-être un État puissant dans la zone euro, comme l’Allemagne. Sinon, sans une progression de ses idées, la gauche a l’envie de donner le pouvoir à la droite. Aujourd’hui en France, il y a un autre visage politique qui s’est créé, véritablement plongé dans « l’amateurisme » politique. Seuls, les sympathisants de la gauche et de la droite jugent encore leurs partis capables de diriger les français. Faut-il élire Emmanuel Macron, Bénoît Hamon ? Le quinquennat écoulé, avec François Hollande semble en tout cas créer une forme de doute à l’endroit des socialistes, braquant les Français, plus que jamais sur des sujets comme la déchéance de la nationalité et le chômage. Dans ce quinquennat écoulé, les socialistes se sont totalement coupés du reste des Français et de la possibilité de reformer profondément leurs intérêts. À gauche et à droite, la crédibilité n’existe plus. Les mois à venir vont donc s’avérer décisifs. Et nous sommes convaincus que le premier tour de la présidentielle française, apportera les premiers éléments de notre constat.

Ben Ismaël

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE