Des combats entre les groupes djihadistes Fatah al-Cham et Jund al-Aqsa ont fait près de 70 morts en 24 heures. Ces affrontements reflètent les divisions croissantes dans la province d’Idleb entre ces insurgés autrefois alliés.

Alliés d’hier, les ennemis d’aujourd’hui s’entretuent. Dans cette guerre qui les oppose, les djihadistes utilisent leurs méthodes classiques de combat. Chaque groupe envoie des voitures piégées lancées à pleine vitesse contre le camp d’en face. Dans la région d’Idleb, le front s’est embrasé. En plus des affrontements, les exécutions s’enchaînent de part et d’autre.

Chacun cherche à gagner davantage d’influence sur le terrain. Fatah al-Cham, ex-branche d’al-Qaïda en Syrie, lutte contre Jund al-Aqsa. En janvier, Fatah al-Cham avait également engagé la bataille contre plusieurs groupes rebelles modérés.

Mais selon un militant de l’opposition contacté à Idleb par RFI, sur place personne n’est dupe. Ces deux groupes terroristes qui s’affrontent sont en réalité les deux faces d’une même pièce. Rejetés par la population syrienne des zones rebelles, ils cherchent aujourd’hui à regagner la confiance populaire. Pour y parvenir, Fatah al-Cham joue ainsi la carte nationaliste. Il assure n’avoir que des combattants syriens dans ses rangs, contrairement à Jund al-Aqsa et ses djihadistes étrangers.

RFI

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE