Le Brexit a de multiples répercussions. De plus en plus de Britanniques craignent la fuite d’une main-d’œuvre européenne précieuse pour l’économie du Royaume-Uni. Plus de 40% des employés venus d’Europe songent à démissionner et à quitter le pays. C’est ce que révèle un sondage du Chartered Institute of Personnel and Development (CIPD), qui a interrogé plus de mille patrons d’entreprises.

Près de la moitié des Européens installés au Royaume-Uni veulent partir, mais ceux qui envisageaient de s’y implanter ont désormais des doutes. « On constate que moins d’Européens viennent au Royaume-Uni pour travailler à cause du Brexit, mais surtout à cause de la chute de la livre sterling. Travailler en Angleterre est devenu moins intéressant pour eux, car ils gagnent moins d’argent », explique Gerwyn Davies, conseiller du CIPD.

Les patrons anglais devront sans doute se tourner vers la main-d’œuvre britannique particulièrement dans l’hôtellerie, le secteur médical et manufacturier.

« Les employeurs anglais vont devoir recruter parmi d’autres catégories de personnel, les seniors, les femmes qui sortent de congé maternité, les jeunes aussi. Les employeurs devront probablement augmenter les salaires et accepter des emplois du temps plus flexibles. Tous les patrons nous l’ont dit, ils dépendent depuis tellement longtemps de la main-d’œuvre européenne, qu’ils n’ont pas eu à être proactifs pour recruter localement », poursuit le conseiller.

Gerwyn Davies redoute que de nombreux patrons revoient plutôt leurs objectifs de croissance à la baisse.

RFI

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE