Et s’il était temps de ne plus empoisonner nos enfants ?

0
132

Le sucre, la viande, le lait, le gluten sont pointés par un lanceur d’alerte qui dénonce l’environnement toxique dans lequel les jeunes grandissent.

En Europe, 100 000 enfants meurent chaque année de maladies causées par l’environnement. Le chiffre fait peur. C’est bien le but d’Erwann Menthéour, qui vient d’écrire un livre au titre provocateur : Et si on arrêtait d’empoisonner nos enfants ?* Celui qui se présente comme un auteur, journaliste spécialiste de la forme et du bien-être, ainsi que lanceur d’alerte combat depuis plus de 15 ans les idées reçues en matière d’alimentation, de sport et de santé. Ancien cycliste professionnel, il aurait été le premier à dénoncer le dopage dans ce milieu. Voici quelques-uns de ses « coups de gueule » et des dangers qui, selon lui, menacent gravement les jeunes :

Main basse sur leurs assiettes, le grand hold-up du siècle

Les produits transformés sont « parfaits » pour nourrir les enfants, écrit-il : moins chers, sucrés, colorés, faciles à consommer partout et à n’importe quel moment de la journée. Peu importe qu’ils soient dépourvus de propriétés organoleptiques et remplis de calories creuses. « L’obésité infantile explose, regrette l’auteur. Elle tue trois fois plus que la malnutrition, sans pour autant que la faim ait été éradiquée. » Il rappelle qu’une canette de coca contient l’équivalent de 9 cuillerées de sucre, quand l’OMS fixe le maximum à 5 par jour…

L’intolérance au gluten n’est pas une invention de bobo ni une mode

Le gluten est composé de deux protéines que l’organisme a beaucoup de mal à assimiler, mais qui sont présentes dans les farines largement utilisées par l’industrie agroalimentaire. C’est, selon Erwann Menthéour, cette récente « surgluténisation » qui a donné naissance à nos intolérances. « Le gluten affaiblit le système immunitaire de nos enfants, particulièrement entre 0 et 3 ans. Inversement, un système immunitaire affaibli supporte moins bien le gluten. » Tous les spécialistes ne partagent pas cet avis.

Le lait n’est pas notre ami pour la vie

« Les vaches ne boivent pas de lait et n’ont aucun problème d’ostéoporose ou de fragilisation du système osseux. » « Le lait maternel n’a rien à voir avec le lait de vache et le veau n’est pas notre cousin. » « Les protéines du lait sont très actives et peuvent accélérer la multiplication des cellules, ce qui devient problématique en cas de cancers. » Inutile de préciser que de telles assertions ne sont pas du goût de tous les pédiatres et nutritionnistes…

Les enfants sont malades de la viande

Une fois encore, Erwann Menthéour ne fait pas dans la dentelle. « Enfants ou adultes, nous n’avons pas nécessité à manger de la viande. » « Les végétariens vivent en meilleure santé et plus longtemps. » Enfin, « l’OMS vient de classer la surconsommation de viande comme possiblement cancérigène. » Attention, il faut bien lire surconsommation…

Pour un public déjà convaincu, ce livre aura un goût de miel. L’ambition de l’auteur est « de planter de nouvelles graines, les graines d’un monde meilleur, porté par des générations d’êtres libres, curieux et responsables ». Il risque aussi d’inquiéter, voire de culpabiliser bien des parents, malgré les conseils égrenés au fil des pages par le psychiatre Bernard Geberowicz.

lepoint.fr

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE