Cela fait plus de trois ans qu’Israël n’avait pas annoncé de plan de construction dans les colonies en Cisjordanie aussi massif, selon l’organisation anti-colonisation La Paix maintenant. Le gouvernement israélien a ouvert la voie, ce mardi, à la construction de 2 500 logements sur des territoires considérés par la communauté internationale comme palestiniens. C’est la deuxième annonce de construction de colonies en trois jours, reflétant le changement de ton dans les relations américano-israéliennes.

Avec notre correspondant à Jérusalem,Guilhem Delteil

Quelques jours avant l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, Benyamin Netanyahu se réjouissait qu’une nouvelle ère soit sur le point de commencer.

Contrairement à son prédécesseur, le nouveau président américain ne condamne pas la colonisation. Et selon la presse israélienne, le chef du gouvernement aurait dit à ses ministres dimanche dernier : « Nous pouvons construire où bon nous semble, autant que nous voulons. »

Le Premier ministre est donc rapidement passé aux actes. Il a remis sur la table dimanche un projet resté en suspens sous le mandat de Barack Obama : 566 logements à Jérusalem-Est. Et ce mardi, il a ouvert la voie à la construction de 2 500 logements en Cisjordanie, un plan d’une ampleur rare.

Les colons veulent plus

Benyamin Netanyahu entend donc profiter d’un nouveau contexte international qui lui est plus favorable. Et essaye de contenter une partie de sa base électorale alors que les critiques et les ennuis judiciaires s’accumulent. Mais le principal organe représentant les colons estime que sur l’ensemble de ces logements annoncés, seuls quelques centaines seront construits, les autres resteront au stade de la planification. Pour lui, l’annonce du gouvernement est « une déception ».

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE