La louange est à Dieu le Créateur du monde Celui Qui existe sans début, sans fin, sans endroit, sans comment et ne dépend pas du temps, rien n’est tel que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit, quoi que tu puisses imaginer Dieu en est différent. Et que l’élévation en degré et la préservation de sa communauté de ce qu’il craint pour elle soient accordées à notre maître MouHammad Al-‘Amîn, l’Honnête, celui qui a appelé à la religion de vérité, l’islam la religion de tous les Prophètes du premier ‘Adam au dernier MouHammad.

Le Messager de Allâh صلّى الله عليه وسلّم a dit :

« من نام عن صلاة أو نسيها فليصلّها إذا ذكرها لا كفارةَ لها إلا ذلك »

(man nâma `an Salâtin ‘aw naciyahâ fa l-youSallihâ ‘idhâ dhakarahâ ; lâ kaffârata lahâ ‘il-lâ dhâlik)

ce qui signifie : « Celui qui dormait pendant le temps d’une prière ou qui l’a oubliée, qu’il la rattrape lorsqu’il s’en rappelle, et il n’a pas d’autre expiation pour elle que cela », [rapporté par Al-Boukhâriyy].

Ainsi celui qui dormait pendant le temps de la prière et ne s’est réveillé qu’après la fin de son temps rattrape cette prière.

De même si le musulman oublie d’accomplir une prière et ne s’en est rappelé qu’après la fin du temps, il doit la rattraper.

Donc à plus forte raison celui qui a raté de nombreuses prières il doit les rattraper pour que son repentir soit valable, ceci est une obligation selon l’unanimité des savants de l’islam. S’il ne connaît pas le nombre exact, il commence à rattraper ces prières jusqu’à ce qu’il pense qu’il les a toutes rattrapées.

Le rattrapage des prières est une condition pour le repentir. Voir les autres conditions du repentir.

La personne doit estimer le nombre de jours de prières qu’elle a ratées depuis quelle est pubère, (voir quand est ce que la personne devient responsable) ; elle fait une estimation de telle sorte qu’elle a le cœur apaisé. Elle doit occuper tout son temps libre à rattraper (en dehors du temps du sommeil, de repos, du manger, de l’acquisition de la subsistance c’est à dire du travail dont elle a besoins pour ses besoins de bases), c’est ainsi selon la majorité des savants sunnites.

Le minimum selon un avis (faible) des savants malikiyy pour ne pas être considérer négligeant, est de rattraper deux jours par jour ou plus (en plus des prières de la journée)

Bien sur il est obligatoire d’apprendre comment accomplir la prière correctement sinon la personne doit rattraper les prières non valables. Voir chapitre de la prière

Remarque: Celui qui s’est converti à l’Islam n’a pas à rattraper les obligations précédentes car son entrée en Islam efface tous ses péchés, comme cela est mentionné dans le Qour’ân et le Hadîth. Voir : Devenir Musulman

Le musulman qui a une foi complète ne néglige pas le rattrapage des prières qui sont à sa charge. Il se dépêche de les rattraper et ne néglige pas le rattrapage pour se préoccuper des affaires d’argent, des enfants, de commerce ou de de ce qui est du même genre.

C’est une chose recommandée de rattraper les prières non accomplies dans l’ordre. Ainsi, il rattrape le SoubH puis le DHouhr et ainsi de suite. Celui qui meurt avant d’avoir terminé le rattrapage des prières qui sont à sa charge alors qu’il avait entamé leur rattrapage avec ardeur et qu’il avait l’intention de l’achever, Allâh fait qu’il ne sera pas châtié s’il n’a pas fait preuve de paresse.

La femme n’accomplit pas la prière pendant ses périodes de menstrues ou de sang des lochies et elle ne doit pas rattraper les prières qu’elle n’a pas accomplies au cours de la périodes du sang des menstrues et des lochies. Il lui est plutôt un devoir que de rattraper les jours de jeûne de RamaDân qu’elle aurait ratés durant la période du sang des menstrues ou des lochies.

Temps des prières

Allâh ta`âlâ dit :

﴿ إِنَّ الصَّلاَةَ كَانَتْ عَلَى الْمُؤْمِنِينَ كِتَابًا مَّوْقُوتًا ﴾

[sôurat An-Niçâ’ / 103] ce qui signifie : « Certes la prière a été prescrite pour les croyants dans son temps ».

Le Message de Allâh a dit :

« إنَّ خِيارَ عبادِ اللهِ الّذين يُراعون الشَّمس والقمر الأظلّةَ لذكر الله »

Ce qui signifie : « certes les meilleurs adorateurs de Allâh ceux qui prennent en considération le soleil, la lune et les ombres pour faire la prière », [rapporté par at-Tirmidhiyy] ; dhikrou l-LAh ici veut dire la prière.

La prière est la meilleure œuvre après la croyance en Allâh et en Son Messager. Allâh a rendu obligatoire cinq prières pendant le jour et la nuit pour tout musulman pubère et sain d’esprit. Il lui est donc obligatoire de les observer et d’apprendre comment commence le temps de chacune d’entre elles et comment il finit. Les cinq prières et leurs temps sont :

Le temps de aDH-DHouhr commence quand le soleil s’écarte du zénith, c’est-à-dire lorsqu’il décline du milieu du ciel vers l’ouest. Il prend fin lorsque l’ombre d’un objet quelconque atteint la longueur de l’objet lui-même en plus de l’ombre qu’il avait quand le soleil était à son zénith. Ainsi quand la nouvelle ombre a atteint, après avoir retranché l’ombre du zénith, une longueur égale à celle de l’objet, le temps de adh-dhouhr est terminé et le temps de al-`aSr commence.

Le temps de al-`aSr dure jusqu’au coucher du soleil.

Quant au temps de al-maghrib, il commence avec le coucher du soleil et prend fin avec la disparition de la lueur rouge. La lueur rouge est la rougeur visible du côté du couchant après le coucher du soleil.

Le temps de al-`ichâ’ commence après le temps de al-maghrib et dure jusqu’à l’apparition de l’aube véritable. L’aube véritable est une blancheur transversale, apparaissant à l’horizon est, qui commence fine puis qui se propage et s’élargit.

Le temps de aS-SoubH commence après le temps de al-`ichâ’ c’est à dire avec l’apparition de l’aube véritable et prend fin avec l’apparition du disque solaire.

Il est un devoir de connaitre les temps de ces cinq prières et tous les jugements nécessaires qui y sont relatifs.

La connaissance des temps des prières et l’accomplissement des prières dans leurs temps, ni avant ni après, sont obligatoires.

Il est donc un devoir d’accomplir chacune des cinq prières dans son temps. Il n’est pas permis de l’avancer par rapport à son temps ni de la reculer par rapport à son temps, sans excuse valable selon la loi de Dieu car Allâh ta`âlâ dit :

﴿فَوَيْلٌ لِّلْمُصَلِّينَ الَّذِينَ هُمْ عَنْ صَلاتِهِم ساهونَ﴾

( Fa wayloun li l-mouSallîna l-ladhîna houm `an Salâtihim sâhôun)

ce qui signifie : « Al-wayl à ceux qui font la prière et qui la retardent par sahw ».

Ce qui est visé ici par as-sahw, c’est retarder la prière par rapport à son temps de sorte que le temps de la prière suivante commence. Allâh a menacé celui qui n’accomplit pas la prière dans son temps par al-wayl qui est un grand châtiment

On comprend de là que celui qui a anticipé la prière, c’est-à-dire l’a accomplie avant le début de son temps, sa prière n’est pas valable. Celui qui l’a reculée par rapport à son temps aura désobéi à Allâh à cause de ce retard. Le plus grave des deux péchés c’est le péché de l’anticipation, c’est-à-dire accomplir la prière avant son temps, car celui qui le commet ne s’est pas déchargé de cette prière. Elle reste à sa charge : sa prière n’étant effective ni dans son temps ni en rattrapage.

La parole  » sans excuse valable  » exclut le cas où la personne a retardé sa prière pour une excuse valable. On ne commet pas de péché en le faisant. L’excuse valable pour cela, c’est ce qui rend permis le rassemblement des prières comme le voyage avec les conditions ou la maladie insupportable.

Dans son livre Al-Majmôu` CharHou l-Mouhadh-dhab, dans le chapitre de la prière,l’Imam An-Nawawiyy (631-667 H) a dit :

« أَجْمَعَ الْعُلَمَاءُ الَّذِينَ يُعْتَدُّ بِهِمْ عَلَى أَنَّ مَنْ تَرَكَ صَلَاةً عَمْدًا لَزِمَهُ قَضَاؤُهَا »

ce qui signifie: « Il y a unanimité (ijmâ`) des savants dont la parole est retenue que celui qui délaisse une prière délibérément doit la rattraper ».

الحمد لله رب العالمين

La louange est à Allâh, le Créateur du monde.

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE