Nation la plus titrée du continent, l’Égypte a concédé le nul face au Mali (0-0) pour son retour dans la Coupe d’Afrique des nations après sept ans d’absence mais a ajouté un nouveau record à son palmarès, mardi à Port-Gentil.

Sur une pelouse délabrée, les Pharaons ont trouvé le moyen d’ajouter un chapitre à leur riche histoire : le légendaire gardien Essam El-Hadary est devenu, à 44 ans et deux jours, le joueur le plus âgé à disputer la phase finale de la CAN.

Le quadruple vainqueur du trophée (1998, 2006, 2008, 2010), entré en cours de jeu après la blessure du titulaire (25e), a réussi une sortie décisive dans les pieds de Moussa Marega en fin de rencontre pour sécuriser le nul (85e).

En partageant les points, Egypte et Mali n’ont pas hypothéqué leur avenir, mais n’auront pas le droit à l’erreur lors de la prochaine journée samedi. Les Pharaons joueront l’Ouganda quand les Aigles d’Alain Giresse défieront le Ghana, premier après sa victoire plus tôt dans la journée (1-0).

Les Aigles dominants dans les airs

Les Maliens avaient pourtant le mieux débuté, avec enthousiasme et plus de dureté dans les duels. A peine atteints par une première alerte sur une frappe de Mohamed Salah (5e), ils ont progressivement posé leurs griffes sur le match en passant par les ailes et en dominant les airs.

 

Un centre fuyant de Marega a d’abord contraint Ahmed El-Shenawy à un superbe arrêt réflexe (13e), avant que la tête de Molla Wagué sur un corner ne passe légèrement au-dessus (29e).

Technique égyptienne

L’Égypte a fait parler sa technique, supérieure, pour se donner des chances de gagner. Mais Oumar Sissoko a spectaculairement détourné la plus chaude occasion des Égyptiens, une tête à bout portant de Marwan Mohsen (54e).

Dans la chaleur de Port-Gentil, les Maliens ont mieux terminé. Mais aucun de leurs nombreux centres n’a trompé la vigilance des Égyptiens. Pour son record, El-Hadary s’offre ainsi une « clean sheet » pour prouver qu’il en a encore sous les gants.

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE