Au moins 13 soldats turcs ont été tués et 48 blessés dans l’explosion d’une bombe à proximité d’un bus transportant des militaires, samedi 17 décembre au matin à Kayseri, dans le centre de la Turquie, a déclaré l’armée turque.

Les soldats – des non gradés et des sous-officiers –- avaient obtenu la permission de quitter des bâtiments de commandement militaire pour la journée, a expliqué l’armée dans un communiqué. Les blessés ont été immédiatement pris en charge à l’hôpital, mais il pourrait y avoir des blessés civils, ajoute-t-elle.

Voiture piégée

L’explosion d’une voiture piégée s’est produite à proximité de l’université d’Erciyes, selon l’agence de presse. Des images télévisées montrent le bus réduit en une épave fumante par l’impact de l’explosion.

Kayseri, l’une des principales villes du centre du pays, est un centre industriel habituellement épargné par les attentats. Cette explosion survient une semaine après l’attentat qui a fait 44 morts dans le cœur d’Istanbul, revendiqué par un groupe armé kurde.

Le vice-premier ministre Veysi Kaynak a déclaré dans une annonce télévisée que l’attaque de Kayseri « ressemble malheureusement » à celle d’Istanbul. Le gouvernement a imposé une interdiction temporaire de diffuser les images de l’attaque, une pratique devenue courante depuis la multiplication des explosions ces derniers mois.

La Turquie a subi depuis l’été 2015, avec la reprise du conflit kurde et les combats en Syrie voisine, une vague d’attentats attribués au groupe Etat islamique (EI) ou au PKK et ses émanations. En juin, 47 personnes ont été tuées dans un triple attentat-suicide à l’aéroport international Atatürk d’Istanbul, dans un attentat attribué à l’EI.

Le Monde.fr avec AFP et Reuters

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE