Gabon : la BAD injecte 84 millions d’euros pour favoriser l’emploi des jeunes

0
375

Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), organisme tripartite, va financer le développement de l’enseignement professionnel au Gabon. Le pays, où près de la moitié de la population a moins de 35 ans, souffre d’un taux de scolarisation d’à peine 8%.

Le groupe de la BAD s’apprête à injecter 84,63 millions d’euros au Gabon pour y renforcer l’employabilité des jeunes. L’organisme, constitué de la Banque africaine de développement (BAD), du Fonds africain de développement et du Fonds spécial du Nigeria, a annoncé cette mesure le 9 décembre dernier.

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la « Stratégie de partenariat » adoptée par la BAD sur la période 2016-2020. En tout, l’institution panafricaine pourrait apporter jusqu’à 811 milliards de francs CFA (1,24 milliard d’euros) en prêts et en aide au pays.

Il prévoit l’augmentation et la diversification de l’offre de formation professionnelle et d’enseignement technique à destination des jeunes de 14 à 35 ans, lesquels représentent 40% de la population du Gabon, soit 720 000 personnes. Mais il doit aussi bénéficier aux 25 000 apprentis, formateurs, inspecteurs et gestionnaires de 19 établissements, dont sept pour la formation professionnelle et neuf pour l’enseignement technique.

Faible scolarisation

Le projet prévoit enfin le financement de 80 promoteurs de petites entreprises et d’activités génératrices de revenus, dont 50% de femmes. Il doit en outre permettre de porter le nombre moyen de diplômés des établissements bénéficiaires de 1 700 à 2 600 par an.

Le Gabon est confronté à un double défi au niveau de l’enseignement technique et professionnel. Le taux de scolarisation y est d’à peine 8%, soit un niveau très faible, loin des 20% à 30% recommandés par l’Unesco dans les pays émergents.

De plus, les étudiants sont souvent inadaptés aux besoins du marché : 80% des diplômés de l’enseignement technique et professionnel ne sont pas recrutés dans les secteurs pour lesquels ils ont été formés.

Par jeuneafrique

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE