Selon Mariatou Koné, pour répondre à cet objectif d’une « école citoyenne au service de la paix », il est important de mettre l’accent sur l’éducation des apprenants à la culture de la paix.

La Côte d’Ivoire a célébré, ce mardi 15 novembre 2016, la 20e édition de la Journée nationale de la paix. C’est la ville de Bongouanou qui a accueilli la célébration officielle. Lors de cette cérémonie, la ministre de la Solidarité, de la Cohésion sociale et de l’Indemnisation des victimes, Professeur Mariatou Koné, a rappelé que cette date est l’occasion pour chaque citoyen de passer en revue ses rapports avec autrui. Aussi a-t-elle invité toutes les couches de la population à contribuer à la préservation de la paix.

« La paix, comme il serait bon de le rappeler, loin d’être seulement l’absence de la guerre, est un processus, un engagement qui se construit au quotidien dans toutes nos interactions avec autrui. C’est une relation à construire avec soi-même et avec les autres en se fondant sur des valeurs humaines. Elle est, en définitive, un choix de vie pour un meilleur vivre ensemble », s’est-elle exprimée.

Conformément au thème retenu, elle a indiqué que la particularité de cette édition réside dans le fait qu’elle intègre un thème évocateur inspiré de l’actualité: « Une école citoyenne au service de la paix », impliquant ainsi le système éducatif dans la recherche et la préservation de la paix.

Selon elle, pour répondre à cet objectif d’une « école citoyenne au service de la paix », il est important de mettre l’accent sur l’éducation des apprenants à la culture de la paix.

Rappelons que la Journée nationale de la paix a été instaurée par le décret n° 96-205 du 7 mars 1996, déterminant la liste et le régime des jours fériés en Côte d’Ivoire. Elle est célébrée le 15 novembre de chaque année.

Olivier Irié Bi
Stagiaire

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE