31e jour de l’offensive pour reprendre Mossoul, tombée aux mains du groupe Etat islamique depuis deux ans et demi. Dans les villes et villages libérés, la vie reprend très lentement son cours. Mais il faudra des années pour reconstruire tout ce qui a été détruit par les combats. C’est le cas à Bachiqa.

31e jour de l’offensive pour reprendre Mossoul, tombée aux mains du groupe Etat islamique depuis deux ans et demi. Dans les villes et villages libérés, la vie reprend très lentement son cours. Mais il faudra des années pour reconstruire tout ce qui a été détruit par les combats. C’est le cas à Bachiqa.

Bachiqa, ville située au nord-est de Mossoul, a été libérée par les peshmergas kurdes la semaine dernière. Quelques rares habitants ont été autorisés à retourner sur place pour faire un état des lieux de leurs maisons. Des habitants inquiets pour leur avenir.

Kamal inspecte sa maison. Le carrelage est jonché de verre et de débris. Les meubles et les objets de valeur ont disparu. Dans la chambre des enfants, un berceau de poupée git au milieu de matelas et de vêtements en désordre.

Dans ce qui reste de son salon, Kamal montre un grand trou rectangulaire qui donne sur l’extérieur : « Ils ont fait ce trou dans le mur, ils ont transformé ma maison en base de lancement de roquettes. Voilà ce que l’Etat islamique a fait avec nos maisons ! »

Des centaines de tunnels

Kamal va voir la maison de son voisin, un policier, et nous montre à nouveau quelque chose : « C’est un tunnel, vous voyez, il passe sous les maisons, sous les rues. Il y a en a un autre dans la maison », explique-t-il.

« L’autre est très profond et très sombre et on ne sait pas où il se termine. Il y a cinq jours, on est entrés à l’intérieur pour inspecter ce premier tunnel. On est allés jusqu’au bout. On n’y a trouvé personne, juste des matelas, des couvertures et quelques autres affaires. »

Les islamistes ont construit des centaines de tunnels. Aujourd’hui, ces derniers compliquent les opérations des forces spéciales dans les ruelles de Mossoul.

RFI

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE