« C’est à Abidjan que nous allons installer notre siège régional pour servir nos clients dans toute l’Afrique de l’ouest francophone. Nous sommes-là pour un long temps et sommes ravis de pouvoir travailler avec vous pour accompagner votre entreprise », s’est réjoui le président directeur général de la banque.

« Nous sommes convaincus que la participation d’une banque étrangère comme la Bacb contribue réellement à soutenir la croissance des marchés émergents. Notre longue histoire de réussite dans les économies en développement atteste de notre capacité à répondre aux besoins de nos clients et partenaires », a indiqué Paul Hartwell, président directeur général de la banque arabo-britannique, Bacb (British Arab Commercial Bank). Qui a annoncé, le mardi 8 novembre 2016, l’ouverture d’un nouveau bureau à Abidjan-Plateau.

« C’est à Abidjan que nous allons installer notre siège régional pour servir nos clients dans toute l’Afrique de l’ouest francophone. Nous sommes-là pour un long temps et sommes ravis de pouvoir travailler avec vous pour accompagner votre entreprise », s’est réjoui le président directeur général de la banque.

Cette succursale qui apportera une réponse dans le domaine des services bancaires commerciaux, se présente comme la représentation de la banque dans l’espace francophone. « La Côte d’Ivoire est un acteur majeur de l’Afrique francophone. C’est un marché cible très important pour nous et peut jouer un rôle catalyseur », a-t-il indiqué.Il fait savoir que le financement du commerce international est au cœur des économies en croissance et généralement de l’économie mondiale. « Sans ce financement, les économies des pays exportateurs ne peuvent se développer et les besoins des pays importateurs ne peuvent être satisfaits », pense le patron de l’institution.

Conscient de la réticence des grandes banques à accompagner les Pme au niveau du commerce international, du fait « du poids de la conformité et des réglementations, d’une rentabilité insuffisante », Paul Hartwell veut apporter un autre dynamisme dans ce domaine. A l’en croire, cette stratégie de marché peut réussir en Côte d’Ivoire. Car, « en l’espace de 10 ans, le pays est devenu une réussite économique et sociale. Vous avez su exploiter votre potentiel. Mais vous pouvez aller plus loin », a-t-il soutenu.

Spécialisée dans le financement du commerce, les prêts et financements structurés, la trésorerie, le financement des matières premières et les prêts immobiliers, Bacb compte déjà 25 représentations avec un bilan de 2225 milliards de Fcfa, ratio de liquidité plus du double du minimum réglementaire.

Cette structure a conclu, il y a quelques semaines, sa première transaction majeure en Côte d’Ivoire avec un accord de financement pré-export de 18 mois (près de 16,375 milliards de Fcfa) pour la Société amer et frères (Saf) Cacao.

Kamagaté Issouf

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE