L’Egypte, le Grand pays des Pharaons, les pays du Nil, un fleuve de plusieurs milliers de km, et qui traverse …plusieurs pays.

L’Egypte est aussi, un pays au cœur de l’histoire de l’humanité.

L’Egypte, sa civilisation et ses habitants sont  présents dans tous les livres saints.

L’Egypte c’était enfin, un royaume avec ses rois dont le dernier fut renversé par un militaire Gamal Abdel NASSER qui créa la république.

Au finish, l’Egypte a bel et bien été dirigée par des califes, des rois, des présidents issus de l’armée, de la société civile et des frères musulmans ? Ces derniers bien qu’étant ancrés dans la société égyptienne, et malgré leur longévité dans le combat politique et en dépit de leur nette victoire dans des élections démocratiques totalement ouvertes  ils n’ont pu  gouverner  que pendant seulement quelques..mois.

Pourquoi un échec aussi lamentable pour un mouvement si bien structuré et tenu de bout en bout par des universitaires, et des intellectuels, et un nombre respectable de ulémas ? Comment après avoir gagné à sa cause plus de 55% des électeurs, les frères musulmans ont perdu plus de 40% de leurs électeurs en moins de 12 mois. Du moins sur le papier et dans la rue. Selon toute vraisemblance, voici d’abord les facteurs qui ont poussé plus de la moitié des Egyptiens à voter pour les frères musulmans.

  • L’Amour pour l’Islam et les valeurs de l’islam
  • L’admiration pour les cadres issus des frères musulmans
  • Les activités sociales de la confrérie musulmane
  • La volonté de voir l’avènement d’un régime démocratique et de la bonne gouvernance
  • La fin des privilèges de tous les privilèges pour une partie de la société Egyptienne
  • Le souhait du peuple Egyptien de voir leur pays emprunté la voie de la modernité tout en restant le modèle de référence des élites musulmanes du monde arabe.

En attendant, depuis le départ de l’Egypte du gouvernement des frères musulmans, comment se présente le paysage de l’islam en Egypte ?

Le premier signe que l’islam est toujours la première religion en Egypte, nous le rencontrons dès notre embarquement à bord de l’Air us A320 de la compagnie Egyptienne : après avoir donné le plan, l’altitude à atteindre et le temps de vol, le commandant de bord nous fait écouter une longue bénédiction coranique classique destinée à implorer Allah afin de faciliter le voyage vers le Caire. A la fin de cette longue doua, la plupart des voyageurs disent Amin.

Après 3 h 40 minutes de vol, nous atterrissons sur l’impressionnant aéroport du Caire. Cette ville de 21 millions d’habitants, que nous avons du survoler pendant au moins 25 minutes avant de voir la piste d’atterrissage.

Une chaleur terrible nous accueille en ce mois d’avril. Les hôtesses nous avaient déjà alertés. Nous traversons rapidement l’aéroport à bord de notre 4×4 Land Cruz Toyota sur de véritables boulevards dans cette ville de plus de 20 millions d’habitants. Nous arrivons à notre Hôtel, sans aucun contrôle policier, dans un pays présenté par les médias internationaux comme une zone non sûre. Notre deuxième surprise est le prix vraiment abordable de nos chambres : de vraies suites à moins de 100$ US la nuit dans ce tout nouveau et luxueux quartier appelé ‘‘Le New Cairo’’, une véritable ville résidentielle américaine : larges avenues, larges trottoirs bordés d’immenses Mall ouverts 24 h/24. On compte ici toutes les grandes enseignes européennes et américaines ….KFC, Mac Donald…..Paylessshoes……et pourtant de nombreux chantiers sont encore ouverts entre les pelouses bien taillées et arrosées en plein désert. On y travaille 24 h sur 24 h.

Le New Cairo sans être le vrai visage de l’Egypte, reste aujourd’hui le signe visible de la volonté des Egyptiens d’aller résolument vers une nouvelle Egypte, sans Complexe, et sans reniement du passé et de l’histoire de la civilisation Egyptienne. Cette volonté est visible dans l’architecture de la célèbre université américaine aux couleurs de sable avec des figurines aux visages des pharaons. Cette volonté se retrouve aussi en pleine ville du Caire dans le quartier d’Al Azhar où de gros travaux de rénovations sont encours sur la mosquée de l’université, la première université du monde musulman, toujours aussi majestueuse et prestigieuse et qui dit on fait des deux premières universités du monde. Ironie de l’histoire. Cette mosquée qui fait la fierté des égyptiens et du monde sunnite à été construite par les Fatimides d’obediences chittes contre lesquels se battent aujourd’hui les sunnites pour le contrôle du monde musulman. L’histoire n’est elle pas un perpétuel recommencement?

En accomplissant la prière de Zhour dans cette mythique mosquée Al Azhar on ne peut s’empêcher de penser aux célèbres prédicateurs et imams du monde musulman.

Aujourd’hui encore, la mosquée conserve tout son lustre d’antan et son prestige. Les étudiants étrangers sont toujours aussi nombreux que les étudiants Egyptiens, tout aussi fiers de fréquenter une université où sont passés plusieurs personnalités célèbres aussi bien du monde religieux que monde politique et financier.

A côté de ce passé islamique incontournable, les Egyptiens tous confondus, chrétiens coptes et musulmans sont fiers de la présence majestueuse des pyramides qui attirent les millions de touristes depuis des siècles. L’Egypte compte en effet de nombreux chrétiens coptes qui constituent une puissante minorité religieuse. Ce qui confère à ce pays, un statut particulier dans tous les aspects de la vie des Egyptiens. Justement la visite des pyramides conforte cette spécificité des descendants des pharaons, un peuple très métissé et très cosmopolite. La position figée depuis des siècles des pyramides peut expliquer la complexité et la difficulté de transformation du peuple Egyptien : le grand fleuve du Nil, les pyramides, le canal de Suez ces témoins immobiles de l’Egypte expliquent probablement l’échec des frères musulmans dans leur volonté de changer radicalement la société. En arrivant pour la première fois au pouvoir d’Etat, les frères musulmans ont trouvé sur leurs chemins des obstacles presque infranchissables, dont les principaux sont entre autres :

  • Plus de 40% du peuple Egyptien s’était abstenu de voter. Or d’après certains sociologues et politologues pour pouvoir changer radicalement et durablement une société il faut obtenir le suffrage d’au moins 75% des voies.
  • L’hostilité active de la puissante minorité copte locale et ses ramifications extérieures.
  • L’opposition intelligente et méticuleuse de l’armée et des élites laïques.
  • L’adversité des états sunnites du Golf et le soutien total de ces derniers à l’armée Egyptienne avec l’appui des puissances occidentales.
  • La déception de nombreux millions d’Egyptiens qui croyaient à l’avènement immédiat de la justice de l’égalité, et de la bonne gouvernance avec les frères musulmans.
  • La faiblesse des liens entre les élites des frères musulmans très urbanisées et le monde rural des bédouins attachés à un islam traditionnel différent de l’islam moderne préconisé par les partis islamistes.

Dans la gestion de ces obstacles, quelles ont été les stratégies des frères musulmans?

En attendant malgré cet échec, quel est le mérite des frères musulmans Egyptiens ?

Un sympathisant des frères musulmans nous revèle: “j’ai personnellement voté pour les frères musulmans. Parce que je suis musulman comme la plupart des Egyptiens. Le programme des frères m’avait séduit. Et surtout leur patience, leur endurance, et leurs souffrances sous les différents régimes m’avaient fait croire qu’ils sauront faire face aux défis du pouvoir d’état après lequel ils couraient depuis 85 ans. Et arrivés au sommet de l’Etat, ils ont succombé à l’ivresse du pouvoir et aux péchés de ceux qui n’ont pas étudié tout le Mystère du pouvoir d’état. Les frères musulmans ont toujours lutté dans la clandestinité et pendant trop longtemps en mon sens. Ils ont développé entre eux une véritable culture de fraternité qui a été vraiment utile pour leur survie.

Mais cette qualité peut être fatale dans l’exercice du pouvoir. Car l’esprit de fraternité vous emmène à diviser le monde en deux: les partisans et les adversaires. Or en Egypte et comme dans tous les pays du monde la vie n’est pas binoculaire, la vie n’est jamais divisée totalement  en deux. En outre la vie c’est aussi et surtout un passé, un présent et un avenir. Les frères musulmans n’ont pas apparemment bien perçu ces réalités. Mais leur idéologie est incontournable dans l’Egypte d’aujourd’hui et l’Egypte de demain, et même dans le monde musulman en totalité. Certes le pouvoir des frères musulmans reste toujours le rêve de beaucoup de jeunes Egyptiens. Mais c’est aussi l’épouvantail de beaucoup d’autres. Mais viendra un jour ou les deux camps vont trouver un compromis afin de travailler ensemble pour le bien-être de leurs peuples. En attendant les politologues, les frères musulmans et les islamistes devraient tenter de répondre à la question suivante : Comment après avoir lutté pour un pouvoir pendant 85 ans, on vient à le perdre si lamentablement en moins d’un an?

 

Par Abou Khalfatim

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE