1- Invoquer Dieu et implorer Son Pardon pour le défunt …

2- Faire l’aumône

An-Nawawi rapporte que les doctes sont unanimes à déclarer qu’une aumône peut être donnée à l’intention du défunt et que la récompense qui en découle lui parvient, qu’elle soit donnée par un enfant du défunt ou par quelqu’un d’autre. A ce propos, Ahmad, Muslim et d’autres traditionalistes, rapportent d’après Abu Hurayra qu’un homme dit au Prophète paix et bénédictions soient sur lui:

« Mon père est mort en ayant légué des biens mais sans testament, sera t-il expié si je donne une aumône à son intention? » et le Prophète paix et bénédictions soient sur lui, de lui répondre par la positive.

Al-Hasan rapporte que Sa’d Ibn Ubada qu’Allah l’agrée a dit :

« Lorsque ma mère décéda, je dis au Prophète paix et bénédictions soient sur lui:
“Ô Envoyé de Dieu ma mère est décédée, puis-je faire l’aumône à son intention ?”
– “Oui” répondit le Prophète.
– “Quelle aumône est la meilleure?” , m’enquis-je auprès de lui.
– “Offrir de l’eau à boire”, me répondit-il.

Al-Hasan ajoute : « C’est ainsi que la famille de Sa’d s’occupa de la siqaya (d’offrir de l’eau à boire) à Médine. »
[ Rapporté par Ahmad, An-Nasa’i et par d’autres traditionnistes. Cependant il est déconseillé de commencer à donner ladite aumône dans le cimetière, tout comme il est réprouvé de la donner pendant les funérailles.]

3- Jeûner

A ce sujet, Al-Bukhari et Muslim qu’Allah les agrées rapportent d’après Ibn ‘Abbas qu’Allah l’agrée qu’un homme vint trouver le Prophète paix et bénédictions soient sur lui et lui dit :

« Ô Envoyé de Dieu, ma mère est morte ayant à charge le jeûne (obligatoire) d’un mois, puis-je l’accomplir pour elle ?

-“Si ta mère avait contracté une dette, aurais-tu remboursé cette dette”, lui demanda le prophète ?

-“Certes”, répondit l’homme.

-“Et bien ! Sache que la dette qu’elle a envers Dieu est plus digne d’être remboursée”, lui dit le Prophète.»

4- Accomplir le pèlerinage

AI-Bukhari qu’Allah lui fasse Sa miséricorde rapporte d’après Ibn ‘Abbas qu’Allah l’agrée qu’une femme de Juhayna vint trouver le Prophète paix et bénédictions soient sur lui et lui dit :

« Ma mère avait conçu le vœu d’accomplir son pèlerinage à La Mecque, mais elle est morte avant de s’en acquitter, puis-je le faire pour elle ?

-“Oui, fais-le pour elle”, répondit le Prophète. ” Vois-tu, si ta mère avait contracté une dette, l’aurais-tu remboursée pour elle ? Honorez vos dettes, car les dettes à l’égard de Dieu sont plus dignes d’être honorées”.

5- La prière

Ad-Dâraqutnî qu’Allah lui fasse Sa miséricorde rapporte qu’un homme dit au Prophète paix et bénédictions soient sur lui:  « Ô Envoyé de Dieu, j’avais un père et une mère envers lesquels j’étais bon de leur vivant; comment être bon envers eux après leur mort ?

” C’est être bon envers eux après leur mort que de prier à leur intention, et jeûner à leur intention “,
lui répondit le Prophète paix et bénédictions soient sur lui.

6- La récitation du Coran

C’est le point de vue de la majorité des Sunnites. An-Nawawi qu’Allah lui fasse Sa miséricorde dit : « La doctrine d’Ash-Shafi ‘i qu’Allah lui fasse Sa miséricorde est que la récitation du Coran ne parvient pas au mort.

Cependant, Ahmad Ibn Hanbal qu’Allah lui fasse Sa miséricorde et un groupe de partisans d’Ash-Shafi’i affirment le contraire. Il suffira seulement, disent-ils, que celui qui récite le Coran dise après avoir achevé sa récitation : « Seigneur, fais que la récompense qui découle de ma récitation aille à Untel.»

Dans « Al-Mughni », Ibn Qudama qu’Allah lui fasse Sa miséricorde  rapporte : « Ahmad Ibn Hanbal qu’Allah lui fasse Sa miséricorde  a dit : « Toute bonne œuvre parvient au défunt. Conformément aux textes rapportés à ce sujet.»

Ceux qui soutiennent que la condition de la récompense découlant de la récitation du Coran parvient au défunt posent la condition que celui qui le récite ne soit pas payé. S’il perçoit une quelconque rémunération pour sa récitation, lui et celui qui paye commettent un acte illicite et nulle récompense ne parvient alors au défunt.

A ce propos, Ahmad, At-Timidhi et Al-Bayhaqî qu’Allah leur fasse Sa miséricorde  rapportent d’après ‘Abd Ar-Rahman Ibn Shibl, que le Prophète paix et bénédictions soient sur lui a dit :

« Récitez le Coran et appliquez ses règles.
Ne vous en éloignez pas, n’exagérez pas et ne le prenez pas pour source de subsistance ou de richesse. »

Ibn AI-Qayyim qu’Allah lui fasse Sa miséricorde a dit : « Les pratiques cultuelles sont de deux sortes : matérielles et physiques : or, en faisant parvenir au mort le bénéfice d’une aumône, le Législateur témoigne que le bénéfice de toutes les autres pratiques cultuelles matérielles parvient au défunt. De même, en lui faisant parvenir le bénéfice qui découle d’un jeûne, le Législateur témoigne que la récompense relative aux autres pratiques cultuelles physiques parvient au défunt. Mieux encore, si la récompense découlant des pratiques cultuelles du pèlerinage – lesquelles sont soit matérielles soit physiques – parvient au défunt, cela implique le bénéfice de toutes les autres pratiques cultuelles composées de physique et de matériel, parvient au mort. En somme, l’efficience des trois types de récompense est prouvée par les énoncés scripturaires et l’analogie. »

7- L’intention est nécessaire

Il est nécessaire de concevoir l’intention d’agir pour le défunt.

Ibn ‘Aqil qu’Allah lui fasse Sa miséricorde a dit: « Lorsque quelqu’un accomplit un acte d’adoration tels la prière, le jeûne, la récitation du Coran, et en offre la récompense à un défunt musulman, elle lui parvient et lui profite, à condition d’avoir, auparavant et pendant l’acte même, conçu l’intention d’offrir au défunt la récompense qui en découle.

* Les meilleures actions à offrir au défunt

Ibn Al-Qayyim qu’Allah lui fasse Sa miséricorde a dit : « Les meilleurs actions sont celles qui lui sont les plus utiles. De fait, affranchir un esclave et faire l’aumône sont par exemple meilleurs que de jeûner pour lui. Cela étant, la meilleure aumône est celle qui répond à un besoin constant chez celui à qui on l’offre. C’est dans ce sens que le Prophète paix et bénédictions sur lui a dit :

« La meilleure aumône consiste à offrir de l’eau à boire »,
et ce dans un lieu où l’eau est rare de sorte que les gens souffrent de la soif.

Quant à offrir à boire là où les sources et les rivières sont abondantes, cela n’est point meilleur que d’offrir à manger à ceux qui en ont besoin. De même que l’invocation sincère de Dieu et l’imploration de Son pardon avec humilité lors de la prière mortuaire sont des pratiques qui surpassent l’aumône offerte à l’intention du mort. Somme toute, l’affranchissement d’un esclave, l’aumône, l’invocation, l’imploration du pardon et l’accomplissement du pèlerinage pour le mort sont les meilleurs actes à offrir à l’intention du défunt. »

* Offrir la récompense de son acte au Prophète

Ibn Al-Qayyim qu’Allah lui fasse Sa miséricorde a dit : « Certains jurisconsultes parmi les Successeurs le considèrent louable; d’autres ne le voient pas ainsi et le prennent pour une innovation, car les Compagnons n’y procédèrent pas. Par ailleurs, le Prophète que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui bénéficie de la récompense découlant de toute bonne oeuvre accomplie par les membres de sa Communauté, sans que cela diminue en rien leur part ladite récompense, car c’est lui qui les a guidés à toutes les bonnes oeuvres et les y a exhortés.Or, quiconque incite à une bonne voie bénéficie d’une récompense égale à celle de tous ceux qui, après lui, l’emprunteront, sachant que cela ne diminue en rien leur récompense. En somme, étant le précurseur et le guide de la communauté en toute bonne voie et en toute science utile, le Prophète que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui bénéficie de la même récompense que celle de quiconque l’aura suivi en cela, qu’on la lui ait offerte ou non. »

* Les enfants des musulmans et ceux des impies

Quiconque parmi les enfants des musulmans meurt avant d’atteindre la puberté entrera au Paradis. A ce propos, Al-Bukhari qu’Allah lui fasse Sa miséricorde rapporte d’après ‘Adi Ibn Thabit qu’il entendit AI-Bara’ qu’Allah l’agrée dire :

« Lorsque Ibrâhîm décéda, le Prophète que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui dit : « Il a une nourrice au Paradis ».

En rapportant ce hadîth dans ce chapitre, Al-Bukhari qu’Allah lui fasse Sa miséricorde vise à mettre en évidence qu’ils sont au Paradis.

Par ailleurs, Anas Ibn Mâlik qu’Allah l’agrée rapporte que le Prophète que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui a dit :

« Dieu fera entrer au paradis tout musulman qui aura perdu trois enfants non encore pubères,
grâce à Sa Miséricorde pour eux. »

Alléguer ce hadith, signifie que celui grâce auquel on entre au paradis en est bien plus digne, car étant la raison et la source de la miséricorde Divine.

Quant aux enfants des impies, ils entreront au Paradis, au même titre que les enfants des musulmans.

An-Nawawi souligne que c’est l’opinion authentique approuvée par tous les critiques, conformément au propos de Dieu:

« Nous n’avons jamais sévi avant d’avoir envoyé un messager. »
[ Sourate 17 – Verset 15 ]

En effet, si l’homme ayant atteint l’âge de la raison ne subit le châtiment divin que s’il a été averti, à fortiori celui qui n’a pas encore atteint cet âge ne saurait le subir.

A ce sujet, Ahmad qu’Allah lui fasse Sa miséricorde rapporte d’après Khansa’ Ibn Mu’awiya Ibn Sarim, que sa tante déclare avoir demandé au Prophète que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui :

– « Ô Envoyé de Dieu, qui est au Paradis ? »
– « Le Prophète que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui est au Paradis, le martyr est au Paradis et le bébé est au Paradis », lui répondit-il.

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE