Nous sommes entrés dans le nouvel an hégirien à savoir l’année 1438. L’occasion de se rappeler l’importance du premier mois de l’année.

Le mois de Mouharram, premier du calendrier musulman est un mois important. En effet, c’est un mois sacré. Ce statut n’est pas dû au fait qu’il introduise l’année mais car Allah l’a décidé. Notre Seigneur a sacré quatre mois de l’année à savoir : le mois de Dhoul Qi’da, le mois de Dhoul Hijja, le mois de Mouharram et enfin le mois de Rajab.

C’est en ce sens qu’Allah a dit : {Le nombre de mois, auprès d’Allah, est de douze [mois], dans la prescription d’Allah, le jour où Il créa les cieux et la terre. Quatre d’entre eux sont sacrés : telle est la religion droite. [Durant ce mois], ne faites pas de tort à vous-mêmes.} (Sourate 9 : Verset 36). Le mois de Mouharram est sacré donc nous devons y adopter un comportement particulier.

En effet, il est recommandé de jeûner durant ce premier mois de l’année. C’est en ce sens qu’Abu Hurayra (qu’Allah l’agrée) rapporte que le Messager d’Allah (‘alayhi salat wa salam) a dit : « Le meilleur jeûne après celui du Ramadan est le jeûne effectué pendant le mois d’Allah, Mouharram. Et la meilleure prière faite après la prière obligatoire est celle effectuée durant la nuit » (Muslim). Nous devrions profiter de ce mois sacré pour jeûner lorsque nous le pouvons incha Allah, cela est préférable. Mais il ne s’agit pas de jeûner le mois entier car le Prophète (‘alayhi salat wa salam) n’a jamais effectué le jeûne durant un mois entier, mis à part le mois de Ramadan.

Par ailleurs, le mois de Mouharram contient le jour de ‘Achoura, dixième jour du mois. Le jeûne durant ce jour est d’une récompense sans précédent. En effet, le Prophète (‘alayi salat wa sallam) a dit : « Allah remet les péchés d’une année passée à quiconque jeûne le jour de ‘Achoura. » (Muslim). L’existence du jour de ‘Achoura dans le mois de Mouharram suffirait à illustrer la grande importance de ce mois.

Qu’Allah nous facilite le jeûne durant ce mois sacré. Qu’Allah accepte et nous pardonne nos péchés.

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE