Belgique : quatre alertes à la bombe déclenchées à Bruxelles et Charleroi

0
362

L’alerte à la bombe à l’aéroport de Charleroi est toujours en vigueur. Les alertes qui concernaient les gares de Charleroi et de Bruxelles ont été levées.

Quatre alertes à la bombe ont été déclenchées mercredi, en Belgique, à Bruxelles ainsi qu’à Charleroi. La première a eu lieu à la gare de Bruxelles-Nord, aux alentours de 14 heures, entraînant son évacuation complète et la mobilisation de l’armée. Peu après 14 h 30, l’alerte a été levée et le trafic ferroviaire a pu reprendre progressivement, mais des « centaines de retards » ont été entraînés, d’après RTL Info, qui précise que « l’essentiel des liaisons [du pays, NDLR] passe par Bruxelles-Nord ». Une deuxième alerte à Bruxelles a entraîné l’évacuation du siège du parquet de la capitale belge.

Plus tard dans la journée, aux alentours de 18 heures, une nouvelle alerte à la bombe a été déclenchée en gare de Charleroi-Sud. « Nous avons été avertis de la présence d’un colis suspect. La gare a été évacuée selon la procédure classique et les forces de l’ordre sont sur place », expliquait au Soir le porte-parole de la SNCB, le service de transports ferroviaire belge. L’alerte a été levée quarante-cinq minutes plus tard, après évacuation et inspection méticuleuse de la police et de l’armée.

Quelques minutes après l’annonce de l’évacuation de la gare de Charleroi-Sud, c’est l’aéroport de Gosselies qui était visé. L’alerte aurait été déclenchée à la suite d’un appel anonyme à 17 h 45 faisant état d’une explosion imminente dans l’aéroport, a confirmé le procureur du Roi du Hainaut, Pierre Magnien, à l’hebdomadaire Le Vif.

Deux policiers agressés à Bruxelles

Dans la matinée, un homme a blessé au couteau deux policiers à Bruxelles. La justice belge dispose d’« éléments pour croire » que cet homme a agi dans le cadre d’une « attaque terroriste », a indiqué le parquet fédéral belge. « Nous avons des éléments pour croire qu’il s’agit d’une attaque terroriste », a déclaré à l’Agence France-Presse Éric Van Der Sypt, l’un des porte-parole de ce parquet compétent en Belgique pour les dossiers de terrorisme, sans donner plus de détails sur ces éléments. « Un juge d’instruction spécialisé dans le terrorisme décidera plus tard » du sort à réserver au suspect, qui a été interpellé, a ajouté Éric Van Der Sypt.

Le parquet fédéral communiquera également ultérieurement « le nom, la date de naissance et la nationalité » de l’agresseur, selon la même source. L’agression s’est produite en fin de matinée sur une grande artère de la commune populaire de Schaerbeek. L’assaillant a porté des coups de couteau à deux policiers, les blessant l’un au ventre, l’autre au cou, avait auparavant déclaré à l’Agence France-Presse Jennifer Vanderputten, une porte-parole du parquet de Bruxelles qui avait été initialement saisi du dossier. Leurs jours ne sont pas en danger, selon elle. Après sa double agression, l’individu a tenté de prendre la fuite et une autre patrouille de police a dû faire usage d’une arme à feu pour l’intercepter. « Il a été blessé par balle à la jambe », a dit Jennifer Vanderputten. Lors de son interpellation, il « a légèrement blessé un troisième policier », a précisé Éric Van Der Sypt. Selon des médias belges, le troisième policier a le nez cassé.

Des précédents d’attaques contre des policiers

Le 6 août, deux policières avaient été blessées à la machette à Charleroi (Sud) par un homme criant « Allah akbar », qui avait été abattu par les forces de l’ordre, dans un contexte de menace terroriste persistante en Belgique comme dans les pays voisins. Le 7 septembre, c’est à Molenbeek, commune bruxelloise considérée comme un foyer de l’islamisme radical, que deux policiers avaient reçu des coups de couteau, sans toutefois être blessés grâce au port d’un gilet pare-balles. L’auteur des faits, inculpé pour tentative de meurtre, est un homme d’origine maghrébine qui était connu des services de police sous une dizaine de pseudonymes, mais sans lien avéré avec la mouvance islamiste d’après le parquet de Bruxelles.

Par lepoint.fr

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE