Les vidéos de la police ne convainquent guère les manifestants de Charlotte

0
228

La police de Charlotte a diffusé samedi soir 24 septembre un extrait de la vidéo de la mort de Keith Scott, à l’origine de violentes émeutes la semaine dernière, ainsi que des photos attestant que l’homme abattu était en possession d’une arme. Mais la diffusion de ces images n’a pas freiné l’ardeur des manifestants. Dans cette ville de Caroline du Nord, la jeunesse noire est pour la cinquième soirée consécutive descendue dans la rue.

Avec notre envoyée spéciale à Charlotte,  Anne Corpet

« Diffusez la vidéo en entier ! » crient les manifestants devant le siège de la police à Charlotte. La diffusion des images de la mort de Keith Scott n’a fait que modifier légèrement les slogans. Aux yeux des manifestants, le fait qu’il ait porté une arme ne justifie en rien son exécution.

Martin Davis, professeur d’anglais, explique : « En Caroline du Nord, la loi autorise le port d’armes visibles. Ce qui veut dire qu’il avait parfaitement le droit d’être armé. Ce que nous voulons voir, c’est la vidéo en entier, pas des petits bouts », réclame-t-il.

Foulard fluo noué au bras, Dennis Thomas encadre le cortège. Lui non plus n’est pas convaincu par les images diffusées. « Les gens qui ont vu la vidéo ont vu qu’il ne méritait pas d’être abattu comme il l’a été. Il avait les bras le long du corps, il était de dos quand il a été tué. Il ne faisait aucun mouvement agressif et il devrait encore être parmi nous ce soir. C’est pour cela qu’il y a encore des gens dans la rue ce soir, ils sont contrariés par ce qui s’est passé », explique-t-il.

Vendredi, l’épouse de Keith Scott avait diffusé des images tournées avec son téléphone portable.

« Toutes les vies comptent, les vies des Noirs comptent », scandent les manifestants. Le cortège fait comme la veille le tour du centre-ville, escorté de policiers à vélo. Les soldats de la garde nationale, eux, boivent des sodas ou posent pour des photos avec les passants devant les bâtiments qu’ils protègent.

Par RFI

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE