Le vendredi 22 juillet 2016 à la Mosquée des Deux-Plateaux Aghien, le Cheick Aïma Boikary Fofana a prononcé un sermon sur le pèlerinage, en prélude au départ imminent des pèlerins ivoiriens aux lieux saints d’Arabie saoudite. C’était l’occasion pour le guide spirituel de la communauté musulmane en Côte d’Ivoire d’exhorter ses coreligionnaires à la patience, à l’endurance et au partage qui sont la signification profonde du pèlerinage islamique.

À l’entame de son intervention au cours de la prière de ce vendredi, l’imam principal de la mosquée d’Aghien a tenu à lever toute équivoque sur le sens du hadj : « le pèlerinage ne traduit pas exactement le sens du Hadj. Si vous voulez parler du pèlerinage, il faut dire le pèlerinage islamique ou dire tout simplement le Hadj ».

Le hadj n’est pas une Invention de L’homme

Ensuite, il dira que le pèlerinage est le cinquième pilier de l’Islam et non une invention de l’homme. Mais, le hadj a été ordonné dans le Coran, en ces termes « Accomplissez le hadj et la Oumra pour Allah ». Ce qui veut dire que le croyant musulman qui se rend au hadj ne doit être animé que par l’intention de servir son Seigneur, et rien d’autre. Il ne doit pas y aller parce que ses amis ont fait le pèlerinage à la Mecque ni pour être appelés « El hadj » ou « Hadja ». C’est pourquoi le Cheick Boikari Fofana a exhorté les fidèles musulmans à travers ces versets tirés du Coran : « Oh vous qui avez cru en Allah Le Très Haut ! Craignez Allah comme il se doit, et faites en sorte que la mort ne vous surprenne sans que vous ne soyez totalement soumis à la volonté d’Allah ». Ensuite, le Cheick dira que le pèlerinage islamique est une adoration codifiée par Allah (Exalté Soit-IL) dans le livre remis au Prophète Mouhammad (Paix et salut sur lui). Et le hadj ne se fait qu’à un lieu précis (la Mecque) ; pas ailleurs. Le hadj se fait en un moment précis, c’est le mois de Zhoul Hidja (12ème mois lunaire). Il s’accomplit avec des rites précis. Le hadj, dans certains de ses aspects, constitue des symboles pour les musulmans.

Symbole de la soumission inconditionnelle et totale de L’homme À ALLAh (Le très haut)

Premièrement, le hadj est le symbole de la soumission inconditionnelle et totale de l’homme à Allah (Le Très Haut). Quand Dieu dit : « fais », le musulman s’exécute sans demander d’explication et sans tenir compte d’autres considérations. Puisque Dieu a dit de faire, il obéit à son Créateur. Ainsi, il fait le tour de la Kaaba, accomplit le Say (course en les monts Safa et Marwa) sans demander à priori, l’origine et le sens de ces rites. Mais, simplement parce que Dieu lui a dit de le faire. Puis, l’imam rappelle que Seyidina Oumar (Qu’Allah soit satisfait de lui), lorsqu’il venait à embrasser la pierre noire, il disait à la pierre : « Je sais que tu n’es ni nuisible ni utile pour moi, si je n’avais pas vu le Prophète (Psl) t’embrasser, je ne l’aurais pas fait ». Donc, le musulman fait cela parce que Dieu le lui a demandé et parce que le Prophète Mouhammad (Paix et salut sur lui) l’a enseigné. Après cela, il s’oriente vers la station d’Arafat, part vers Moudzalifa pour y passer la nuit. Et là aussi, il ne se pose pas de question. Cela est valable pour tous les piliers de l’Islam. Il en est de même pour les prières quotidiennes. Le musulman fait deux rakats le matin, quatre rakats à Zhour, Asr et Ichaa et trois rakats à Magrib. Il ne demande pas, mais les exécute sans savoir pourquoi on le fait ainsi.

Symboles de la soumission À LA volonté D’ALLAh (Le Très haut)

En ce sens, les rites du Hadj sont des symboles de la soumission à la volonté d’Allah (Le Très Haut). Au-delà de ces aspects symboliques, le hadj est la manifestation pratique de certaines valeurs de l’Islam. C’est la manifestation de la fraternité islamique. En effet, Dieu dit dans le saint Coran que les croyants ne sont que des frères. En lisant ce verset, le musulman reste à un niveau théorique. Mais, lorsqu’il se rend à Arafat et qu’il se mêle à tout ce monde qui est venu adorer Allah, il comprend aisément le sens du verset qui parle de fraternité dans la foi, qui est plus forte que celle du sang. En effet, les pèlerins se bousculent, se marchent sur les pieds. Mais, nul colère ni dispute car ils savent qu’ils sont tous des frères, quelle que soit leur origine, leur langue et leur couleur de peau. Certains d’entre eux viennent d’Afrique, d’Asie, d’Europe, d’Amérique, d’Australie, de la Chine, de l’Inde, etc. Et tout ce monde se met ensemble comme des frères et sœurs sans distinction de race ni d’origine. C’est un symbole du Hadj.

une MAnIFesTATIon PRATIQue De L’ÉGALITÉ enTRe Les MusuLMAns

Le hadj est aussi une manifestation pratique de l’égalité entre les musulmans. Quand on va à la Mecque, on se dépouille de tout ornement distinctif. On ne prend seulement que deux étoffes. Qu’on soit riche ou pauvre, blanc ou noir, chers frères et sœurs, on est tous égaux devant Allah, Le Très Haut. Et cela est très important dans la vie du musulman. Il ne faut pas se croire supérieur à l’autre. Aucun être humain n’est supérieur à son semblable sauf dans la piété envers son Créateur. Chers frères et sœurs, un autre symbole de la manifestation pratique des principes de l’Islam, c’est qu’à la Mecque, on se sent tous sous la même autorité religieuse.

MAnIFesTATIon De LA souMIssIon À une seuLe AuToRITÉ

Jusqu’au XIX siècle, tous les musulmans du monde entier étaient soumis à une seule autorité religieuse qui était le sultan. Cela donnait le sentiment d’être sous un seul commandement. Et cela aussi se retrouve dans le hadj. Donc, dans le hadj, les rites sont les manifestations pratiques de la fraternité, de l’égalité et de la soumission à une seule autorité. C’est aussi le symbole de l’unité de la Oumma. Car tous les pèlerins musulmans sont considérés au même titre sans distinction de race, d’origine ethnique ou de classe sociale. La Oumma se retrouve au cours du hadj. Toutes les personnes qui se retrouvent pendant le hadj, entrent entre collaboration, et font connaissance entre eux. En islam, nous avons le même Prophète, la même Oumma, le même livre et la même direction (la qibla).

Le hadj es une école de formation et D’éducation

Mais, le hadj est aussi une grande école de formation et d’éducation. Le hadj nous enseigne comment il faut déployer des efforts physiques, spirituels et au plan social, mais dans la patience et dans l’endurance. On se bouscule pour faire le tawaf, le Say et la lapidation. Mais on ne se dispute pas, et on ne se bagarre pas. C’est pourquoi le Prophète Mouhammad (Psl) a dit : « Le meilleur des djihad dans la vie du musulman, c’est de faire un hadj mabrour (hadj exaucé) ». Donc le hadj n’est pas lieu de tourisme. Tout change dans les habitudes du pèlerin à la Mecque : son système de vie, son alimentation, sa couchette, son alimentation, etc.

Le Pèlerin est dans L’adoration Permanente en arabie saoudite

Chers frères et sœurs, il faut la patience et l’endurance pour mener à bien cette épreuve. Mais au-delà cela, le hadj nous apprend à demeurer dans une adoration permanente. Quand le fidèle arrive en Arabie saoudite pour le hadj, son programme de la journée est consacré aux prières dans les mosquées de Médine et de la Mecque. La première prière de la journée a lieu vers 4 heures, mais les pèlerins sont déjà sur pied depuis 2 heures du matin. Après, ils reviennent dans leurs hôtels pour prendre le petit déjeuner et se reposer un peu. Et dès 10 heures, ils reprennent la route de la mosquée. Donc durant un mois, les pèlerins n’ont qu’on seule intention, une seule activité : c’est d’adoration Allah (Le Très Haut), la fréquentation des mosquées, la lecture du noble Coran, les prières surérogatoires, et l’attente de la prière dans la mosquée qui est aussi une adoration. Donc, le hadj apprend le musulman à être en permanence dans l’adoration et à être doux avec ses frères croyants. Et le musulman ne doit jamais être arrogant envers ses frères et sœurs.

Le hADj APPRenD Le FIDÈLe À MAITRIseR sA CoLÈRe

En plus, le hadj apprend le fidèle à maitriser sa colère, ses vilains sentiments, à avoir le self contrôle pendant le hadj. Comme Dieu le dit le Coran, « Celui qui décide d’aller au hadj, point de propos malsains ni d’actes qui peuvent compromettre son pèlerinage ni des discussions inutiles ni de querelles ». En cela le hadj constitue une école. Pendant un mois, il est demandé au pèlerin de ne pas critiquer, insulter, proférer de propos malsains, d’être soumis entièrement à la volonté de Dieu. C’est cela aussi le hadj, que Dieu nous aide !

Le hADj APPRenD À vIvRe DAns L’AusTÉRITÉ eT LA soBRIÉTÉ

Le hadj nous apprend également à vivre dans l’austérité et dans la sobriété. Il y a des pèlerins qui ont de gros moyens, qui vivent dans de grosses villas à Abidjan. Mais, arrivé à la Mecque, ils vont dormir sur de petits matelas placé à même le sol, sous une tente à Mina, avec près de 200 personnes. Ils seront logés dans les hôtels à plusieurs, à Médine et à la Mecque. Au retour d’Arafat, ils vont passer la nuit couchés à même le sol à Moudzalifa. Ils seront dans les files d’attente pour aller au toilette ou pour se laver à Mina. Alors qu’à Abidjan, ils ont leur toilette dans leurs chambres. En un mot, les pèlerins vont apprendre à vivre avec les autres, dans les conditions difficiles. Tout cela, ce sont des efforts, un apprentissage pour vivre d’une manière modeste.

Le hadj forme À la solidarité et À L’amour De DIEU

Chers frères et sœurs, le hadj est également une école où l’on apprend à dépenser sans contrepartie. On paye pour son billet, son logement, ses déplacements, sa nourriture. Et on dépense même pour la nourriture d’autres pèlerins et beaucoup d’autres dépenses. Pendant le hadj, le musulman apprend à vénérer et respecter ce que Dieu a vénéré et respecté comme la Kaaba. Il apprend à mépriser ce que Dieu a méprisé comme le Satan, en le lapidant plusieurs fois. En somme, au cours du hadj, le croyant apprend à aimer ce que Dieu a aimé et à détester ce qu’Il (Allah) a détesté. Et finalement, le pèlerin sort de son hadj avec le sentiment de compassion et d’appartenance à une même famille : la communauté musulmane. À la Mecque, le pèlerin apprend à être loyal vis- à-vis de Dieu et de Son Prophète Mouhammad (Psl).

Le hadj, c’est ARAFAT

Chers frères et sœurs, après tout cela les pèlerins convergent vers Arafat. Tous ceux qui ont formulé l’intention d’effectuer le pèlerinage à la Mecque, se retrouvent le même jour et à la même période au pied du mont Arafat pour passer la journée en prières et invocations jusqu’au crépuscule. Ensuite, les pèlerins quittent ensemble la vallée d’Arafat et se dirigent vers Moudzalifa pour passer la nuit. Au petit matin, ils vont à Mina et ensuite à Mina. Là, ils lapident le Satan pour démontrer que le Satan qui est l’ennemi de Dieu est aussi leur ennemi. Après cela, ils immolent un mouton pour remercier Allah qui les a sauvé du sacrifice humain lorsqu’Il a offert au Prophète Abraham, un bélier à la place de son fils. Les pèlerins remercient Dieu parce que le sacrifice humain aurait pu être une pratique en islam, si Abraham l’avait fait.

Le hadj agréé n’a de Récompense que le PARADIS

Ensuite, il se rase la tête et change de tenue pour aller faire du hadj. Lorsqu’il finit cela, un ange vient mettre ses deux mains sur ses épaules pour lui dire que Dieu a pardonné tous ses péchés. Qu’il retourne chez lui pour ouvrir une nouvelle page de sa vie avec Dieu

AUCUN COMMENTAIRE

REPONDRE